Navigation – Plan du site

Subversive suburbia : L’effondrement du mythe de la banlieue résidentielle dans les séries américaines

Gérald Billard, Arnaud Brennetot, Bertrand Pleven, Amandine Prié et Donna Spalding Andréolle

Résumé

Ce texte s’appuie sur les propos échangés lors de la table ronde animée par les cinq auteurs dans le cadre de la soirée Grand Public du colloque » Les séries télévisées dans le monde » (Le Havre, 15 juin 2011). Les nouvelles séries télévisées américaines offrent une vision de plus en plus dévalorisante des banlieues résidentielles, traduisant une inversion du regard collectif porté sur ce lieu emblématique de l’American Way of Life. Ce renversement est visible à travers les multiples conflits, tensions et dérives auxquels les personnages de séries qui habitent les banlieues sembleraient aujourd’hui confrontés. À l’image de Wisteria Lane, où les rangées de maisons pimpantes, les allées coquettes et les pelouses impeccables dissimulent mal l’accumulation de trahisons et de meurtres en tous genres, la banlieue résidentielle se transforme désormais en théâtre des illusions, habitée par des êtres au destin tourmenté ou à la personnalité pervertie : de l’enseignant de chimie contraint de fabriquer des amphétamines pour payer sa chimiothérapie (Breaking Bad, AMC, 2008-) à la mère de famille trafiquante de marijuana (Weeds, Showtime, 2005-2012) ou encore aux Hells Angels ballotés entre le trafic d’armes et la vie de famille (Sons of Anarchy, FX, 2008-), du lotissement polygame (Big Love, HBO, 2006-2011) à la prison dorée pour mère au foyer délaissée (Mad Men, AMC, 2007-), l’image paisible et idyllique de la suburb semble plus que jamais s’effriter, laissant transparaître la faillite morale d’une société égarée dans la glorification d’une normalité pavillonnaire aussi factice qu’illusoire.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été coordonné par Gérald Billard et Arnaud Brennetot

Texte intégral

Fig. 1 : La banlieue résidentielle, un mythe qui s’effondre ? (Desperate Housewives, 4.9)

Fig. 1 : La banlieue résidentielle, un mythe qui s’effondre ? (Desperate Housewives, 4.9)

1Étonnamment, c’est dans une série mettant en scène un tueur en série (Dexter, Showtime, 2006-), découpant minutieusement ses victimes avant de les jeter dans la mer des Sargasses, au large de Miami, que surgissent les principaux questionnements structurant la vision contemporaine de la banlieue américaine. En effet, dans les premiers épisodes de la Saison 4 (épisodes 1, 5 et 6), Dexter Morgan, expert médico-légal dans la police de Miami le jour et justicier sanguinaire la nuit, quitte, à la suite de son mariage, son appartement de Biscayne Bay pour emménager dans une banlieue pavillonnaire de Miami (voir figure 2). Ce prédateur solitaire, devenu mari, père et beau-père de trois enfants, se fond ainsi tant bien que mal dans la tanière improbable que représente pour lui la banlieue résidentielle. Cependant, rendu mal à l’aise par des relations de voisinage qu’il vit sur le mode de l’oppression, Dexter est petit à petit amené à porter un autre regard sur cet idéal socio-résidentiel et à en discerner la dimension cachée. Il découvre ainsi qu’un autre tueur en série, Trinity, aussi actif que lui, se camoufle derrière l’image d’un brave père de famille middle-class, retrouvant la chaleur du foyer pavillonnaire après chaque journée de travail ou assassinat barbare.

Fig. 2 : La suburb, lieu de la normalisation sociale (Dexter, 4.1)

Fig. 2 : La suburb, lieu de la normalisation sociale (Dexter, 4.1)

2Plusieurs scènes illustrent la façon dont le modèle suburbain contemporain est réinterrogé. Alors que Dexter prend en filature Trinity (4.5 et 4.6), il sillonne les quartiers dégradés et chaotiques du centre de Miami, persuadé de découvrir le repaire du tueur à proximité ; une autoroute intra-urbaine et quelques kilomètres plus loin, il pénètre dans une banlieue pavillonnaire où, s’aperçoit-il non sans surprise, réside sa proie d’un soir. Si la figure classique et historique de la ville-centre américaine, amorale et décadente, lieu de toutes les perversions, est suggérée dans les premières images de cette filature, les quartiers d’habitats pavillonnaires, longtemps sacralisés, se révèlent porteurs de déviances moins visibles mais tout aussi destructrices. Les bases du modèle suburbain, élevé au rang de norme sociétale, se voient ainsi remises en cause : l’idéal communautaire ne protègerait en rien de la monstruosité.

  • 1 Voir Paul L. Knox, Metroburbia, USA, New Brunswick, NJ, Rutgers University Press, 2008, p. 32-33.

3À l’image de Dexter glissant du rêve éveillé (« Living the dream », 4.1) au désenchantement (4.3), nombre de scénaristes et de dialoguistes de séries contemporaines entreprennent de dévoiler la part d’ombre que recèle la banlieue pavillonnaire américaine. On assiste ainsi à un glissement du régime scopique porté sur la surburb, l’utopie d’hier se transformant peu à peu en dystopie angoissante, ce que certains auteurs qualifient de post-utopian suburbia1. Un tel changement de discours interroge alors la capacité des médias et des arts télévisuels à porter un regard innovant, réflexif et critique sur les conditions d’habitation des sociétés.

1. Le renversement de la figure de la suburb dans les séries américaines contemporaines

4La fascination dont les banlieues résidentielles font aujourd’hui l’objet tient, dans une large mesure, au rôle historique qu’elles ont occupé dans l’histoire de la dialectique ville-campagne aux États-Unis. Le développement des suburbs commence en fait au XIXe siècle, comme une réponse à la croissance des villes, réconciliant la modernité urbaine et le vieil idéal de l’habitat agreste qui, depuis Jefferson, inspire une partie de l’opinion américaine. Au XXe siècle, cette image positive est confortée par l’essor des médias de masse, la presse, le cinéma puis la télévision. Dans les années 1950, les premières séries télévisées se plaisent ainsi à représenter la suburb comme un cadre éminemment favorable à l’épanouissement de la vie de famille. Dans Leave it to Beaver (CBS, ABC, 1957-1963), par exemple, les Cleaver incarnent la perfection familiale : le père travaille dans la journée et donne, le soir venu, de grandes leçons de vie à sa progéniture, la mère se dévoue pour sa famille et les enfants font de gentilles bêtises sans conséquence, le tout dans une banlieue résidentielle coquette et paisible. Dès cette époque, quelques frémissements se font cependant déjà sentir et la sitcom I Love Lucy (CBS, 1951-1957), qui met en scène les aventures d’une femme extravagante dont le rêve est de quitter ses fourneaux pour se lancer dans une carrière artistique, laisse entendre que la banlieue résidentielle ne symbolise pas nécessairement l’accomplissement ultime. Par la suite, dans les années 1960 et 1970, les comédies familiales s’adaptent aux évolutions de la société et, si elles ne remettent guère en question l’image populaire de la suburb, elles intègrent toutefois des éléments nouveaux : dans Ma sorcière bien-aimée (Bewitched, ABC, 1964-1972), les haies bien taillées et les pavillons sagement alignés dissimulent des personnages étranges, Samantha s’efforçant tant bien que mal de réfréner ses pouvoirs et sa puissance pour se conformer à l’image de la parfaite femme au foyer des années 1960, tandis que The Brady Bunch (ABC, 1969-1974) est une des premières comédies familiales à mettre en scène une famille recomposée. Le mot « divorce » n’y est toutefois jamais clairement mentionné, le père étant veuf et la mère ayant eu trois filles d’un précédent mariage auquel les scénaristes ne font que très vaguement allusion. All in the Family (ABC, 1971-1979) et l’un de ses spin-offs, Maude (CBS, 1972-1978), vont sérieusement écorner le mythe de la suburb en mettant en scène des familles qui tranchent avec l’idéal présenté dans Leave it to Beaver : dans All in the Family, Archie Bunker, raciste et réactionnaire, partage son toit avec son épouse Edith, dévouée et aimante, leur fille Gloria et son mari Michael, hippie progressiste à l’exact opposé de son beau-père ; quant à Maude, elle en est à son quatrième mariage lorsque débute la série éponyme, carbure au Valium et décide à 47 ans de subir un avortement – l’épisode fut diffusé deux mois avant que la Cour suprême des États-Unis ne légalise l’avortement dans l’ensemble du pays.

5Les années 1980 et l’ère Reagan voient le grand retour des comédies familiales conservatrices, et les scénaristes ne s’aventurent pas bien loin dans la remise en cause de l’American Way of Life : on nous présente des familles qui, a priori, tranchent avec la représentation idéale de la famille américaine, mais davantage dans leur construction que dans leurs valeurs. Les enfants de La Fête à la maison (Full House, ABC, 1987-1995) ont certes trois papas et pas de maman, mais ils reçoivent tout de même une éducation tout à fait traditionnelle ; de la même manière, le Cosby Show (NBC, 1984-1992) met en scène une famille d’Afro-américains sans (presque) jamais évoquer la question du racisme : avec un père gynécologue et une mère avocate, les petits soucis de la famille Huxtable sont ceux de tous les Américains de milieu aisé, et les valeurs transmises aux enfants sont là encore très traditionnelles. L’inversion des rôles entre homme et femme est une autre ficelle à laquelle ont fréquemment recours les scénaristes : dans Madame est servie (Who’s the Boss ? ABC, 1984-1992), le discours est somme toute très classique, même si la distribution des rôles l’est moins ; dans Quoi de neuf docteur ? (Growing Pains, ABC, 1985-1992) – du moins au début de la série – c’est la mère qui travaille à l’extérieur tandis que le père installe son cabinet de psychiatrie à la maison et s’occupe des enfants dans la journée.

6Il faut attendre les années 1990 et l’apparition de séries comme Roseanne (ABC, 1988-1997) ou Mariés, deux enfants (Married with Children, FOX, 1987-1997) pour que les idéaux soient fortement ébranlés. Le modèle de la famille américaine traditionnelle est alors sévèrement contesté, et avec lui l’image de la banlieue résidentielle comme havre de paix et symbole de la réussite sociale. Au cours des années 2000, le renouvellement des séries correspond aussi à une intensification de la critique exprimée à l’encontre des suburbs. Cette accentuation est perceptible dans les nouvelles séries proposées par les chaînes du câble (HBO, Showtime, AMC) mais aussi sur les grands networks.

2. Les suburbs, lieu d’un bonheur factice

Fig. 3 : Wisteria Lane ou l’illusion du bonheur domestique (Desperate Housewives, première image du pilote)

Fig. 3 : Wisteria Lane ou l’illusion du bonheur domestique (Desperate Housewives, première image du pilote)

7Parmi les séries les plus emblématiques et les plus populaires des années 2000, Desperate Housewives (ABC, 2004-2012) est sans doute celle qui a dépeint la suburb avec le plus de systématisme. Dès les premières images du pilote (voir figure 3), les téléspectateurs sont plongés dans une scène contradictoire, annonçant l’ambivalence du regard qui sera porté sur la suburb par la suite. On y découvre en effet un paysage familier, celui d’une suburb nord-américaine qui rassemble tous les éléments caractéristiques du cadre résidentiel auquel n’importe quelle famille des classes moyennes serait censée aspirer. On y voit ainsi des maisons cossues et pimpantes, alignées le long d’une ruelle courbe, à la forme naturelle. Les jardins sont soigneusement ornementés de glycine. Les haies et les parterres de pelouse sont fraîchement entretenus tandis que les piétons et les véhicules évoluent harmonieusement au rythme tranquille d’une mélodie apaisante. Tout, ici, incarne le bonheur domestique d’une communauté de voisinage dans laquelle la vie familiale peut s’épanouir librement. Pendant les toutes premières secondes, on a l’impression de découvrir un univers parfait : les individus y prennent des petits déjeuners dignes des clichés publicitaires ; chacun donne les signes d’un accomplissement personnel abouti ; les personnages semblent être en bonne santé ; les tâches domestiques deviennent des loisirs créatifs. Chaque chose paraît être à sa place, dans un ordonnancement qui évoque les magazines de décoration. La suburb devient idéalisée à l’extrême, conférant au suicide de la narratrice, à la fin de la scène inaugurale, un caractère proprement stupéfiant.

8Ce décalage entre le ton enjoué de Mary Alice Young et le drame intime crée alors un sentiment de malaise brutal chez les téléspectateurs, tout en suscitant immédiatement leur curiosité. La série annonce ainsi qu’elle projette de révéler l’envers d’un décor, de percer les apparences d’un monde qui cache un désarroi profond. Or, ce monde, c’est celui des téléspectateurs, de gens ordinaires qui ne sont ni traqueurs de terroristes, ni chefs de la mafia, ni serial killers, qui appartiennent à la classe moyenne et qui regardent la « télé ». Ce portrait sans concession, reposant sur l’exagération du réel, doit permettre aux téléspectateurs de prendre du recul par rapport à ce qui est représenté pour mieux appréhender le caractère illusoire d’un certain nombre de mythes associés à la normalité : la famille nucléaire traditionnelle, le confort domestique, le bonheur promis par la résidence suburbaine. L’ensemble des éléments qui constituent l’American Way of Life sont ici soigneusement remis en question. Cette déconstruction des mythes de la vie quotidienne ne transparaît pas seulement dans les péripéties que vivent les personnages ; elle est également exprimée dans les commentaires que Mary Alice Young, une fois parvenue dans l’au-delà, fait au début et à la fin de chaque épisode pour commenter, depuis un point de vue surplombant et omniscient, ce qui arrive aux habitants de Wisteria Lane :

There’s a home for everyone in suburbia, and a realtor eager to find you exactly what you want. Whether it’s something warm and cozy... or something dignified and elegant... or perhaps something affordable with a porch. Yes, everyone wants a home with a lovely exterior, mostly so the neighbors will never suspect the ugliness going on inside. (Desperate Housewives, 5.11)

  • 2 Thibaut de Saint Maurice, Philosophie en séries, Paris, Ellipses, 2009, p. 36.

9La voix off introduit ici une distance réflexive qui permet de dévoiler l’envers du rêve, laissant éclater la profondeur du malaise collectif que dissimule le décor suburbain. Comme le souligne Thibaut de Saint Maurice, « le suicide de Mary Alice sonne le glas de l’image idéale du bonheur familial et résidentiel en même temps qu’il constitue le point de fuite de la perspective vertigineuse d’un désespoir suburbain2 ». Le regard critique que Desperate Housewives tend au spectateur n’est cependant pas isolé. Au contraire, la disqualification de la suburb apparaît comme un thème récurrent au cours des années 2000.

3. La banlieue : habiter l’inhabitable

10Dans de nombreuses séries, il n’est pas rare que les personnages aient du mal à s’intégrer au cadre suburbain, se retrouvant isolés dans un milieu anonyme et neutre. Dans ce cas, la suburb sert aussi bien de repaire à des individus dissimulant les pires défauts que de repère moral aux téléspectateurs, d’étalon lui permettant d’identifier la nature des travers qui accablent nombre de personnages (qui, bien souvent, jouent aussi le rôle d’anti-héros).

Fig. 4 : Tony Soprano, du Central Business District à la suburb (The Sopranos, images extraites du générique)

Fig. 4 : Tony Soprano, du Central Business District à la suburb (The Sopranos, images extraites du générique)

11La série The Sopranos (HBO, 1999-2007), créée par David Chase en 1999, raconte ainsi les tourments d’un parrain de la mafia, tiraillé entre sa profession et son statut de père de famille suburbain. Pendant six saisons, chaque épisode s’ouvre sur un morceau de route parcouru par les spectateurs sur le siège du passager, le gun seat, au côté de Tony, ce qui rend compte du renforcement de l’inscription spatiale des narrations depuis les années 2000. Celle-ci passe ici par un certain réalisme géographique capable de capter, par la mise en scène du trajet, l’innovation géographique sur le vif. Des paysages de « Downtown Manhattan » à ceux des suburbs du New Jersey (voir figure 4), l’étalement urbain est figuré par les travelings, la fragmentation socio-spatiale par les rafales de plans sur les hauts lieux et autres espaces génériques. Alors que les métropoles sont marquées par l’urban sprawl et le renforcement des discontinuités, The Sopranos étire le récit et le fragmente dans un complexe jeu de miroirs. À partir de cet enchevêtrement de l’espace narratif et de l’espace géographique, le générique mêle trois temporalités distinctes : celle des migrations pendulaires, réduisant Tony à l’inquiétante normalité du commuting, doublée par la trajectoire des migrants italo-américains vers les banlieues confortables et, enfin, au-delà, le transfert de l’univers des films de mafia de la main street vers les périphéries résidentielles. Ainsi se réalise la greffe narrative entre le film de gangster et le soap opera, la représentation du mafia blues se trouvant transposée dans le cadre ordinaire de la suburb.

12Ce décalage entre l’identité des personnages et leur cadre d’habitation concerne également la série Weeds (Showtime, 2005-2012) qui relate les aventures de Nancy Botwin, veuve et mère de deux enfants, ayant décidé de se lancer dans le trafic de marijuana pour maintenir son niveau de vie et conserver son rang dans la société suburbaine. La filiation du discours porté par la série doit cependant ici être plutôt cherchée du côté d’Edward aux mains d’argent (Edward Scissorhands, réal. Tim Burton, 1990), la question essentielle étant de savoir comment parvenir à vivre dans le monde formaté et normalisé de la similitude ? Néanmoins, à la différence d’Edward aux mains d’argent, où l’élément perturbateur (Edward) est exogène, dans Weeds la source du problème est interne à l’univers de la suburb, Nancy Botwin jouant le rôle de la résidente décalée. Là encore, on peut partir du générique, construit tout en verticalité, à partir d’un jeu d’échelles menant du programme immobilier en cours de réalisation à la pelouse du front yard. Le ton caricatural propre à la série prend corps dans le glissement du spatial au social.

Fig. 5 : Agrestic, l’enfer de l’habitat standardisé (Weeds, images extraites du générique)

Fig. 5 : Agrestic, l’enfer de l’habitat standardisé (Weeds, images extraites du générique)
  • 3 Cette chanson folk, composée par Malvina Reynolds en 1962, devint un symbole de la contestation des (...)

13Comme le suggère également le générique, habiter la banlieue mène à un mode de vie uniformément fondé sur les mêmes automobiles, les mêmes pratiques quotidiennes, la même apparence physique d’une humanité formatée, hors-sol et sans histoire (voir figure 5). Ainsi en attestent les paroles de la chanson Little Boxes3, bande-son du générique :

Little boxes on the hillside,
Little boxes made of ticky tacky
Little boxes on the hillside,
Little boxes all the same.
There’s a pink one and a green one
And a blue one and a yellow one
And they are all made out of ticky tacky
And they all look just the same.

And the people in the houses
All went to the university
Where they were put in boxes
And they came out all the same.
And there’s doctors and lawyers
And business executives
And they are all made out of ticky tacky
And they all look just the same.

Fig. 6 : Nancy, la plante par qui le mal arrive (Weeds, image extraite du générique)

Fig. 6 : Nancy, la plante par qui le mal arrive (Weeds, image extraite du générique)

14Le générique s’achève alors sur l’image d’un morceau de pelouse, véritable géosymbole du mode de vie suburbain, d’où émerge, comme à l’état sauvage, non pas les herbes hautes du mythe de la Prairie mais l’herbe maudite (weed), cette espèce non autochtone qui évoque pragmatiquement la drogue (voir figure 6) mais peut-être aussi, de manière plus allégorique, le passé des babas cool de la contre-culture américaine, rentrés dans le rang de la normalité suburbaine. En outre, le plant de cannabis évoque évidemment, par une métaphore organique, Nancy Botwin elle-même, qui, littéralement, détonne dans l’écosystème où elle évolue.

15Dans la série Breaking Bad (AMC, 2008-), si les motivations du personnage principal, Walter White, sont initialement d’ordre financier, le petit professeur de chimie suburbain prend peu à peu goût au métier, décidant d’investir activement le milieu de la méthamphétamine pour payer sa chimiothérapie et laisser à sa famille de quoi subsister après sa mort. Alors qu’il a accumulé suffisamment d’argent pour reprendre une vie normale, Walt poursuit cependant ses activités, goûtant l’exaltation que suscite l’expérience du danger, sans pour autant abandonner les éléments qui symbolisent la banalité de sa vie antérieure, en particulier son pavillon et son emblématique Pontiac Aztek (voir figure 7). Le pouvoir et la désinhibition découverts par le biais de ses occupations illégales s’avèrent alors être des drogues aussi dures et addictives que celles qu’il fabrique, le conduisant à une fuite en avant souvent plus inquiétante que la maladie qui se développe en lui.

Fig. 7 : Maison de Walter White, dans la suburb d’Albuquerque (Breaking Bad)

Fig. 7 : Maison de Walter White, dans la suburb d’Albuquerque (Breaking Bad)
  • 4 Le paysage pastiche de Desperate Housewives tranche avec le réalisme de The Sopranos, et plus encor (...)

16Dans nombre de séries suburbaines récentes, une part de la tension narrative provient donc des contradictions entre les déviances dont certains personnages font preuve et le cadre normatif de la suburb. Dans Mad Men (AMC, 2007-), par exemple, Don et son mensonge initial se révèlent progressivement incompatibles avec une vie de banlieusard sans histoire. Si les espaces visibles à l’écran diffèrent beaucoup d’une série à l’autre, tout comme d’ailleurs leur caractère plus au moins artificiel4, la trame paysagère qui sert de décor demeure invariablement réduite au couple jardin/maison, lequel devient la matrice du décalage entre les personnages et leur cadre de vie. Cependant, si pour de nombreux anti-héros la suburb devient un espace problématique, révélateur de leur inadaptation sociale, elle peut également s’avérer décevante pour de nombreux personnages ordinaires.

4. La banlieue comme espace d’oppression individuelle

  • 5 Cette représentation de la suburb comme lieu d’enfermement des femmes renvoie indirectement à la le (...)

17La suburb est en effet souvent représentée comme un lieu d’aliénation, où se perpétuent des dominations insidieuses, à l’encontre des femmes notamment. On constate ainsi que dans Desperate Housewives ou dans Weeds, l’action est centrée sur la suburb mais également, et ce n’est sans doute pas un hasard, sur des personnages féminins. Au contraire, dans les séries qui alternent scènes à l’extérieur et scènes se déroulant au sein des banlieues résidentielles, l’action extérieure est souvent centrée sur les personnages masculins, tandis que les intrigues consacrées à la vie de famille, donc filmées au sein de la suburb et du foyer, sont davantage réservées aux personnages féminins. C’est notamment le cas dans Big Love (HBO, 2006-2011), The Sopranos, Breaking Bad ou les premières saisons de Friday Night Lights (NBC, 2006-2011). Dès lors, le cadre de la banlieue tend à s’apparenter à une prison dorée, où le confort domestique et la convivialité tiennent lieu de compensation illusoire à l’impossibilité pour les femmes de mener une existence pleinement autonome en ville5. Dans Mad Men, notamment dans les premières saisons, la suburb des années 1960 incarne ainsi l’assujettissement féminin de façon emblématique, assignant Betty Draper à la réclusion sociale (voir figure 8), tandis que Don, son mari volage, profite des privilèges offerts aux mâles dominants qui œuvrent dans les milieux de la publicité new-yorkaise. Seule la fuite permettra à Betty de s’émanciper peu à peu et d’assumer les risques d’une vie qu’elle aura choisie.

Fig. 8: Betty « Bovary » Draper (Mad Men, 1.10)

Fig. 8: Betty « Bovary » Draper (Mad Men, 1.10)

18Outre la domination propre aux rapports de genres, la suburb peut également être associée à l’oppression née de la promiscuité résidentielle et de la pression conformiste exercée par le voisinage, transformant toute originalité personnelle en déviance insupportable pour la collectivité. La quatrième saison de Dexter expose les failles du localisme communautaire propre aux suburbs, notamment dans l’épisode « Blinded by the Light » (4.3), lorsque Dexter tente de s’intégrer au quartier alors menacé par un mystérieux vandale – d’autant que le vandale en question n’est autre que l’un des membres de cette communauté, pris de folie alors qu’il est sur le point d’en être exclu pour des raisons financières. « Ce voisinage va finir par me tuer », déclare Dexter, soulignant ainsi le danger que la communauté représente pour l’individu (voir figure 9). Dès lors, c’est bien l’idéal communautaire qui est interrogé et, dans certains cas, explicitement dénoncé.

Fig. 9 : Dexter Morgan ou la conquête impossible de la banalité (Dexter, 4.5)

Fig. 9 : Dexter Morgan ou la conquête impossible de la banalité (Dexter, 4.5)

19On ne compte pas les scènes dans Desperate Housewives où les différentes héroïnes se voient ainsi dérangées dans leur intimité ou interrompues dans leur vie quotidienne par des voisins intrusifs et suspicieux, le neighborhood watch se transformant en véritable police des comportements individuels, traquant, interdisant et corrigeant au besoin tout ce qui ne respecte pas les normes rassurantes de la conformité. Dans ce contexte de mimétisme oppressif, les personnages atypiques n’ont pas leur place. Ainsi, Tony Soprano n’hésite pas à avouer à sa psy le malaise et la haine qu’il éprouve envers ceux qu’il nomme les happy wanderers, ces passants qui se promènent en affichant leur insouciance et leur bonheur d’être, tout simplement, ces Messieurs Tout le Monde dont il rêverait de faire partie. En fait, ses activités mafieuses empêchent Tony d’adopter les codes sociaux des happy wanderers conventionnels, ou ceux d’ailleurs de la communauté italo-américaine aisée qui forme pourtant son voisinage direct. La seule attitude possible pour lui est donc celle du criminel, notamment car elle lui permet de conserver une identité apparemment plus facile à maîtriser que celle requise au sein des suburbs. Ce sentiment d’exclusion est également partagé par la famille Henrickson dans la série Big Love. La pratique de la polygamie conduit ici au rejet, non seulement de la part de l’Église officielle mormone, mais également par le voisinage de la banlieue dans laquelle les Henrickson résident ; dans ce contexte, le personnage de Nikki est sans doute celui qui symbolise le mieux cette intégration impossible, toujours tiraillée entre le compound de Juniper Creek, la communauté mormone dont elle est issue, et sa vie dans la suburb.

5. La banlieue comme terrain d’expression du dérapage de la société américaine

20En contrepoint du malaise vécu par certains personnages affligés par le poids des conventions sociales propres à la vie de quartier, plusieurs séries montrent également la suburb comme un lieu propice à la multiplication des dysfonctionnements sociaux (meurtres, trafics divers, pratiques mafieuses, etc.). Dans plusieurs cas, ce n’est pas seulement quelques individus égarés mais bien toute la communauté qui semble basculer dans la déviance, comme si la suburb était un terreau irrémédiablement corrupteur : dans Weeds, nombre d’habitants d’Agrestic, la banlieue résidentielle chic dans laquelle vit Nancy Botwin, se révèlent ainsi de grands consommateurs de marijuana ; la voisine des Henrickson dans Big Love, bien que monogame, n’en est pas moins malheureuse comme les pierres, et avale des antidépresseurs « parce qu’il faut avoir l’air heureux » ; dans Breaking Bad, la femme de Walter White, scandalisée par la découverte des activités illégales de son mari et initialement très respectueuse des conventions sociales, cède pourtant peu à peu devant les sirènes du lucre et finit par prêter main forte à son mari.

  • 6 Voir Scott Donaldson, The Suburban Myth, iUniverse.com, 2001 [1969].
  • 7 Voir Gérald Billard et Arnaud Brennetot, « Le huis clos ou l’exaltation du localisme communautaire (...)

21Loin de se contenter de proposer un regard ironique et amusé sur le conformisme de la vie dans les banlieues américaines, les scénaristes de séries utilisent en fait la disqualification de la suburb pour formuler une véritable critique socio-politique du vieil idéal communautaire qui fonde l’American Way of Life. Selon nombre de ces séries, la vie en banlieue conduirait non seulement à la démoralisation des individus, mais de surcroît à la perversion morale de l’ensemble de la société. Cette représentation remet alors en cause un certain nombre d’ambitions sociales et politiques initialement associées à la suburb. En effet, entre le milieu du XIXe siècle et les années 1950, la modernisation et l’industrialisation qui ont caractérisé la société américaine, et le rassemblement de la population dans des villes de plus en plus grandes, ont souvent été interprétées comme une menace envers l’idéal communautaire de l’Amérique originelle, qui se présentait, dans une certaine vision utopique traditionnelle formalisée par Crèvecœur et Jefferson, comme une société libérale, composée de petits propriétaires terriens, organisés sous la forme d’une démocratie directe. Face à une concentration urbaine dénoncée comme aliénante, la suburb apparaît, à partir des années 1850, de plus en plus comme un remède susceptible de réconcilier la ville moderne et la campagne rêvée, permettant de développer un contact personnel avec la nature, de nouer des relations sociales propices à la vie de famille mais aussi à l’exercice d’une vie libre, insérée dans le cadre de petites communautés coopératives et démocratiques. Depuis une cinquantaine d’années, cette appréciation positive de la banlieue semble s’être inversée, le rêve d’une ville-campagne capable de refonder la communauté démocratique n’ayant semble-t-il pas tenu toutes ses promesses6. Les séries télévisées contemporaines reprennent ce discours critique pour montrer le caractère partiellement illusoire du mythe de la suburb, parfois sur le ton de la dérision comme dans Desperate Housewives ou Weeds, où les élections s’apparentent par exemple à des farces plutôt qu’à un fonctionnement authentiquement démocratique, parfois de façon beaucoup plus sérieuse et dramatique, réactivant la hantise éminemment politique de la sécession sociale7. À ce titre, la série Sons Of Anarchy (FX, 2008-) offre une illustration significative.

Fig. 10 : Charming ou le règne des nouveaux seigneurs de la guerre (Sons of Anarchy, pilote)

Fig. 10 : Charming ou le règne des nouveaux seigneurs de la guerre (Sons of Anarchy, pilote)

22Loin de se réduire à la description complaisante de la vie de bikers californiens (voir figure 10), la série Sons of Anarchy interroge plus fondamentalement l’idéal communautaire tel qu’il a été reformulé par les mouvements de la contre-culture californienne au cours des années 1960. La série raconte ainsi comment l’idéal libertaire et démocratique qui animait les fondateurs de la confrérie fictive des Sons of Anarchy, créée par des vétérans de la guerre du Viêt Nam, a dévié progressivement en une société clanique et autocratique, dominée par de véritables seigneurs de guerre dont la principale occupation se résume à la pratique du crime organisé. Le mythe politique originel de la libre association s’est donc transformé peu à peu en un véritable cauchemar, à l’intérieur duquel les héros, tel Jax Teller, semblent pris au piège (voir figure 11).

Fig. 11 : Jax Teller, prince de la suburb malgré lui (Sons of Anarchy, pilote)

Fig. 11 : Jax Teller, prince de la suburb malgré lui (Sons of Anarchy, pilote)

23Or, ici encore, le cadre géographique dans lequel la série se déroule est un élément important pour comprendre le drame qui s’y joue. En fait, les Sons of Anarchy se sont installés dans une petite ville du nom de Charming, située au Sud d’Oakland, à l’Est de la baie de San Francisco en Californie, c’est-à-dire à quelques encablures du siège réel du club des Hells Angels auxquels la série fait implicitement référence. Si les membres du gang des Sons of Anarchy habitent dans des pavillons individuels typiques du cadre résidentiel suburbain, Charming prétend pourtant être autre chose qu’une simple juxtaposition de lotissements résidentiels ou de banlieues-dortoirs. Elle s’apparente plutôt à une petite ville traditionnelle, une small town dotée d’une main street, équipée de services collectifs, de magasins, d’un hôpital, et gouvernée par une autorité locale démocratiquement élue. Cependant, cette petite ville n’est pas isolée au milieu de la campagne mais apparaît noyée dans la marée suburbaine de la région de San Francisco, décrite comme un terrain d’affrontement privilégié entre gangs rivaux. La puissance publique, y compris les autorités fédérales, semble avoir perdu tout contrôle sur le territoire. Dès lors, la police locale de Charming ne paraît pas avoir d’autre solution que de négocier et de se compromettre avec les Sons of Anarchy pour maintenir la paix civile et protéger la population contre les dangers extérieurs. L’inscription de la small town dans le tissu suburbain de l’aire métropolitaine de San Francisco semble ainsi signifier que toute autonomie locale est devenue inaccessible, minant le fonctionnement de la démocratie, à la fois celle que la municipalité de Charming tente de faire respecter mais également la forme de démocratie alternative et libertaire à laquelle aspirent les Sons of Anarchy. En définitive, tout se passe comme si la reconstruction des liens communautaires, propre au vieux rêve démocratique de l’association spontanée, échouait finalement à s’acclimater et à s’implanter au sein des marges suburbaines de l’Amérique contemporaine.

Conclusion : les séries sont-elles un outil de réflexivité sociale ?

  • 8 Dans une phrase souvent citée, mais dont la source reste incertaine, Ernest Hemingway aurait en eff (...)
  • 9 Voir Alex MacLean, Over : Visions aériennes de l’American Way of Life : une absurdité écologique, t (...)
  • 10 Voir Lewis Mumford, The Urban Prospect, New York, Harcourt, Brace & World, 1968 ; Jane Jacobs, Décl (...)
  • 11 Voir David Harvey, Spaces of Hope, Berkeley, CA, University of California Press, 2000; Mike Davis, (...)

24La disqualification esthétique, morale et politique de la suburb que l’on observe dans de nombreuses séries télévisées récentes renvoie à tout un ensemble de critiques portées depuis plusieurs décennies à l’encontre des banlieues résidentielles aux États-Unis. Les séries réactualisent en effet un thème ancien, dont la généalogie peut remonter, au moins, à Hemingway8 et au court métrage The Suburbanite (1904), comédie dans laquelle l’enthousiasme initial d’une famille fraîchement suburbaine est quelque peu douché par un large éventail de contrariétés. Avec le temps, on retrouve cette critique dans diverses formes d’expression artistique, aussi bien le cinéma (Blue Velvet, Edward aux mains d’argent, Virgin Suicides, American Beauty, Eternal Sunshine of the Spotless Mind), la musique populaire (Little Boxes, The Suburbs d’Arcade Fire), la photographie de paysage (les vues aériennes d’Alex MacLean9) que l’architecture et l’urbanisme10. Dans le domaine des sciences sociales, la suburb fait également l’objet de vives critiques11, accusée de conduire au conformisme culturel, à la misère esthétique, à la ségrégation sociale, au conservatisme politique et, plus récemment, au gaspillage des ressources naturelles. Aujourd’hui, cette critique de la suburb est généralisée dans le champ académique, au point de s’imposer comme un nouveau stéréotype qui concerne aussi bien les milieux dirigeants (pouvoirs institutionnels, urbanistes, universitaires) que ceux de la création artistique.

25Dans ce contexte, les séries télévisées contribuent à populariser l’image dévalorisante développée au sein des cercles de la pensée dominante, renvoyant aux habitants des suburbs un reflet négatif de leur propre cadre de vie. Or, les suburbains n’ont jamais été aussi nombreux aux États-Unis. Entre 2000 et 2010, la population des États-Unis a connu une croissance de 9 % pour atteindre 308 millions de personnes alors que, dans le même temps, les métropoles ont progressé d’environ 11 %, confortant plus encore le caractère urbain de la nation. Désormais, les métropolitains représentent 84 % (250 millions) de la population totale et ils vivent dans une suburb pour un peu moins de la moitié d’entre eux. Même si la crise des subprimes a affecté le marché immobilier ces récentes années, les banlieues pavillonnaires restent un horizon indépassable pour des millions d’Américains qui, paradoxalement, se nourrissent de séries télévisées leur renvoyant une image négative de leur lieu de vie. Les séries révèlent-elles alors une angoisse montante ? Sont-elles les témoins d’une prise de conscience collective annonçant une orientation vers d’autres formes urbaines ou, de façon moins fondamentale, tout simplement les signes d’un nouveau prêt-à-penser ayant cours au sein des élites gentrifiées ? En l’absence de connaissances empiriques concernant la réception de ces séries par les populations vivant dans les banlieues suburbaines, plusieurs hypothèses, potentiellement contradictoires, peuvent être avancées. On peut se demander si beaucoup d’entre elles, diffusées sur le câble, ne touchent pas en priorité une minorité de téléspectateurs aisés, vivant hors d’un cadre de vie, la suburb, qu’ils se plaisent à voir déprécié et caricaturé, comme pour mieux conjurer le péril que représente pour eux le fait de mener une existence banale ou ordinaire. Une autre hypothèse serait que les séries suburbaines, en jouant sur l’inquiétante étrangeté de mondes qui nous sont à la fois proches et lointains, présentés comme familiers mais aussi mis à distance, rendent peut-être l’inhabitable plus habitable. Contre cette hypothèse, on pourrait se demander si la dévalorisation systématique de la suburb ne vise pas plutôt à permettre aux téléspectateurs de s’extirper de l’imaginaire de la vie quotidienne, jouant un rôle d’éveil critique pour ceux qui ont les capacités matérielles et psychologiques de s’émanciper de la norme, tout en laissant les autres, ceux qui n’ont pas les moyens de vivre ailleurs ou de rêver d’autre chose, devant le risque de la frustration ou de l’incompréhension.

26Quoi qu’il en soit, cette confrontation entre les médias de masse, des auteurs de séries parfois en quête d’élévation morale et de sophistication esthétique et de nombreux téléspectateurs appartenant aux classes moyennes, pose désormais la question de l’acceptabilité sociale et culturelle du modèle suburbain. Cette interrogation concerne évidemment les villes contemporaines des États-Unis mais également tous les pays où ces séries sont diffusées et où, bien souvent également, la forme de la suburb s’est imposée. Les suburbs subversives des séries télévisées et leur succès mondial rendent alors sûrement aussi compte des capacités du soft power états-unien à porter un regard autocritique et à interroger les faiblesses et les angoisses que génère la massification des images et des normes qu’il véhicule.

Haut de page

Bibliographie

Billard Gérald et Arnaud Brennetot, « Le huis clos ou l’exaltation du localisme communautaire dans les séries américaines », GRAAT On-Line, Anglophone Studies, n° 6, décembre 2009. http://www.graat.fr/tv04billardbrennetot.pdf

Davis Mike, City of quartz : Los Angeles, capitale du futur, trad. Michel Dartevelle et Marc Saint-Upéry, Paris, La Découverte, 1997 [1990].

Donaldson Scot, The Suburban Myth, Bloomington, i-Universe, 2001 [1969].

Duany Andres, Elizabeth Plater-Zyberk, Jeff Speck, Suburban Nation: The Rise of Sprawl and the Decline of the American Dream, New York, North Point Press, 2000.

Fishman Robert, Bourgeois Utopias: The Rise and Fall of Suburbia, New York, Basic Books, 1987.

Friedan Betty, The Feminine Mystique, New York, W.W. Norton, 1963.

Harvey David, Spaces of Hope, Berkeley, CA, University of California Press, 2000.

Jackson Kenneth, Crabgrass Frontier: The Suburbanization of the United States, New York, Oxford University Press, 1985.

Jacobs Jane, Déclin et survie des grandes villes américaines, trad. Claire Parin-Senemaud, Liège, Mardaga, 1995 [1961].

Knox Paul L., Metroburbia, USA, New Brunswick, NJ, Rutgers University Press, 2008.

Kunstler James H., The Geography of Nowhere: The Rise and Decline of America’s Man-Made Landscape, New York, Simon & Schuster, 1993.

Lynn Kenneth S., Hemingway, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1995 [1987].

Maclean Alex, Over : Visions aériennes de l’American Way of Life : une absurdité écologique, trad. Frank Straschitz, Paris, Éditions La Découverte, 2008.

Martel Frédéric, Mainstream, enquête sur la guerre globale de la culture et des médias, Paris, Champs actuel, Flammarion, 2010.

Mumford Lewis, The Urban Prospect, New York, Harcourt, Brace & World, 1968.

Pleven Bertrand, « Séries télévisuelles et territoires urbains américains », La Géographie, n° 1 534, Hiver 2010, p. 95-96.

De Saint Maurice Thibaut, Philosophie en séries, Paris, Ellipses, 2009.

Soja Edward W., Postmetropolis: Critical Studies of Cities and Regions, Malden, Blackwell Publishing, 2006.

White Morton, White Lucia, The Intellectual versus the City, From Thomas Jefferson to Frank Lloyd Wright, Oxford, Oxford University Press, 1977.

Williamson Thad, Sprawl, Justice, and Citizenship: The Civic Costs of the American Way of Life, New York, Oxford University Press, 2010.

Haut de page

Notes

1 Voir Paul L. Knox, Metroburbia, USA, New Brunswick, NJ, Rutgers University Press, 2008, p. 32-33.

2 Thibaut de Saint Maurice, Philosophie en séries, Paris, Ellipses, 2009, p. 36.

3 Cette chanson folk, composée par Malvina Reynolds en 1962, devint un symbole de la contestation des années 1960, et fut reprise depuis par de nombreux artistes souhaitant exprimer leur refus du conformisme.

4 Le paysage pastiche de Desperate Housewives tranche avec le réalisme de The Sopranos, et plus encore avec des séries revendiquant l’authenticité mais se situant dans le péricentre, comme The Wire (HBO, 2002-2008).

5 Cette représentation de la suburb comme lieu d’enfermement des femmes renvoie indirectement à la lecture radicale proposée dès les années 1960 par Betty Friedan dans The Feminine Mystique (New York, W.W. Norton, 1963).

6 Voir Scott Donaldson, The Suburban Myth, iUniverse.com, 2001 [1969].

7 Voir Gérald Billard et Arnaud Brennetot, « Le huis clos ou l’exaltation du localisme communautaire dans les séries américaines », GRAAT On-Line, n° 6, décembre 2009, http://www.graat.fr/tv04billardbrennetot.pdf.

8 Dans une phrase souvent citée, mais dont la source reste incertaine, Ernest Hemingway aurait en effet décrit Oak Park, le quartier de son enfance dans la banlieue de Chicago, comme un territoire aux « vastes pelouses et aux esprits étroits » (« wide lawns and narrow minds », voir Kenneth S. Lynn, Hemingway, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1995 [1987], p. 19). En ce sens, il prend le contrepied de son voisin Frank Lloyd Wright, le premier architecte aux États-Unis à avoir envisagé la maison suburbaine comme la structure élémentaire d’un urbanisme démocratique.

9 Voir Alex MacLean, Over : Visions aériennes de l’American Way of Life : une absurdité écologique, trad. Frank Straschitz, Paris, Éditions La Découverte, 2008.

10 Voir Lewis Mumford, The Urban Prospect, New York, Harcourt, Brace & World, 1968 ; Jane Jacobs, Déclin et survie des grandes villes américaines, trad. Claire Parin-Senemaud, Liège, Mardaga, 1995 [1961]. Voir aussi Andres Duany, Elizabeth Plater-Zyberk, Jeff Speck, Suburban Nation: The Rise of Sprawl and the Decline of the American Dream, New York, North Point Press, 2000.

11 Voir David Harvey, Spaces of Hope, Berkeley, CA, University of California Press, 2000; Mike Davis, City of quartz: Los Angeles, capitale du futur, trad. Michel Dartevelle et Marc Saint-Upéry, Paris, La Découverte, 1997 [1990]; Edward W. Soja, Postmetropolis: Critical Studies of Cities and Regions, Malden, Blackwell Publishing, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : La banlieue résidentielle, un mythe qui s’effondre ? (Desperate Housewives, 4.9)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1356/img-1.png
Fichier image/png, 930k
Titre Fig. 2 : La suburb, lieu de la normalisation sociale (Dexter, 4.1)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1356/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 3 : Wisteria Lane ou l’illusion du bonheur domestique (Desperate Housewives, première image du pilote)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1356/img-3.png
Fichier image/png, 962k
Titre Fig. 4 : Tony Soprano, du Central Business District à la suburb (The Sopranos, images extraites du générique)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1356/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 5 : Agrestic, l’enfer de l’habitat standardisé (Weeds, images extraites du générique)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1356/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 6 : Nancy, la plante par qui le mal arrive (Weeds, image extraite du générique)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1356/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 7 : Maison de Walter White, dans la suburb d’Albuquerque (Breaking Bad)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1356/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 8: Betty « Bovary » Draper (Mad Men, 1.10)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1356/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 9 : Dexter Morgan ou la conquête impossible de la banalité (Dexter, 4.5)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1356/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 10 : Charming ou le règne des nouveaux seigneurs de la guerre (Sons of Anarchy, pilote)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1356/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 11 : Jax Teller, prince de la suburb malgré lui (Sons of Anarchy, pilote)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1356/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Billard, Arnaud Brennetot, Bertrand Pleven, Amandine Prié et Donna Spalding Andréolle, « Subversive suburbia : L’effondrement du mythe de la banlieue résidentielle dans les séries américaines », TV/Series [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 22 mars 2017. URL : http://tvseries.revues.org/1356 ; DOI : 10.4000/tvseries.1356

Haut de page

Auteurs

Gérald Billard

Professeur d’aménagement (université Le Maine-Le Mans, UMR CNRS 6590 ESO). Spécialiste du phénomène métropolitain aux Etats-Unis, il s’intéresse aux différentes logiques qui président aux recompositions urbaines dans les ex-Nouveaux Mondes : États-Unis, Australie, Canada. Ses travaux portent en particulier sur l’étude des dynamiques résidentielles dans leurs relations avec les questions d’aménagement : gouvernance et citoyenneté locales, résidences fermées, durabilité urbaine. Il est le co-auteur de l’ouvrage Géographie et géopolitique des États-Unis (Hatier, 2012).

Articles du même auteur

Arnaud Brennetot

Maître de conférences en géographie politique à l’université de Rouen, chercheur à l’UMR CNRS 6266 IDEES. Auteur d’une thèse intitulée « Géoéthique des territoires. Le débat public territorial à travers la presse magazine en France », il utilise les théories de la justice pour interpréter le pluralisme des valeurs géographiques et des idéologies territoriales qui structurent les opinions publiques. Il travaille en particulier à partir du discours des médias, des intellectuels et des aménageurs.

Articles du même auteur

Bertrand Pleven

PRAG à l’IUFM de Paris (université Paris IV). Il est actuellement en thèse de géographie à l’université Paris I, au sein du laboratoire Géographie-cités. Ses recherches portent sur les territoires des métropoles tels qu’ils sont représentés et construits par les fictions audiovisuelles contemporaines et plus globalement sur les relations entre cinéma et géographie. Sa thèse est menée sous la direction de Jean-Louis Tissier et Antoine de Baecque. Il est également responsable de la rubrique « cinéma » de la revue Géographie et cultures et de celle du site des Cafés Géographiques (http://www.cafe-geo.net/rubrique.php3?id_rubrique=48).

Amandine Prié

Auteur d’un blog d’analyse et de critique des séries télévisées, intitulé « Des Séries et des Hommes » et hébergé au sein de la plateforme de blogs du quotidien Libération http://feuilletons.blogs.liberation.fr/series/). Issue d’un cursus universitaire de lettres modernes et de sciences politiques, elle exerce la profession de vidéothécaire – bibliothécaire spécialisé dans la gestion des collections audiovisuelles – dans une grande médiathèque parisienne. Elle a, par ailleurs, collaboré au site Yozone.fr, spécialisé dans les cultures de l’imaginaire.

Articles du même auteur

Donna Spalding Andréolle

Professeur des universités à l’université du Havre où elle enseigne la civilisation américaine et les études culturelles. Elle s’intéresse aux séries télévisées et aux films hollywoodiens comme lieux de critique sociale. Ses publications les plus récentes portent sur la sérié Big Love et sur Star Trek, the Orignal Series. Elle est également coéditrice de deux ouvrages, Science and Empire in the 19th Century (avec Catherine Delmas et Christine Vandamme) et Women and Science from the 17th Century to Present (avec Véronique Molinari).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo GRIC - Groupe de recherche identité culture
  • Logo Université Le Havre
  • Logo Laboratoire du LARCA
  • Logo Université Paris Diderot
  • Les cahiers de Revues.org