Navigation – Plan du site
Le travail de mémoire dans les séries américaines, entre traumatisme et légende

Guerre froide/ guerres froides : les représentations de l’opposition américano-soviétique dans Les Deux font la paire (Scarecrow and Mrs. King, CBS, 1983-1987), MacGyver (ABC, 1985-1992) et The Americans (FX, 2013-)

Julie Richard et Georges Caron

Résumés

La guerre froide, terminée il y a un quart de siècle, semble retrouver une nouvelle jeunesse depuis que Russie et États-Unis se disputent autour des problèmes syrien et ukrainien. Des réflexes que l'on croyait oubliés réapparaissent, et une série, dont la troisième saison vient à peine d'être diffusée, The Americans (FX, 2013-), cherche à représenter le début des années 1980 de façon réaliste, en dépeignant un univers vraiment impitoyable : la lutte entre agents américains et soviétiques autour de Washington. Son analyse est jointe à celle de deux autres séries d'espionnage, plus légères, contemporaines des événements : Les Deux Font la Paire (Scarecrow and Mrs. King, CBS, 1983-1987) et MacGyver (ABC, 1985-1992). Ces trois séries se concentrent ainsi sur les années Reagan, ce qui nous permettra de pointer les différences entre elles. Les deux fictions des années 80 sont confrontées à la contrainte de la représentation de leur actualité, parfois inquiétante et polémique. La série la plus récente, quant à elle, traite de cette même réalité, sous la forme de la tragédie historique, avec une brutalité plus explicite. Ainsi, Scarecrow and Mrs. King reconstruit la guerre froide selon le modèle libéral, avec des références au monde de l'entreprise, déplaçant le discours idéologique dans le domaine économique. MacGyver utilise un discours patriotique plus classique, combiné cependant avec une position humaniste qui refuse de diaboliser l'adversaire. Enfin, la série The Americans réécrit les violences de la fin du conflit Est/Ouest en les liant aux problématiques politiques et sociales du tournant du XXIe siècle : à l'extérieur, les interventions américaines, dans un contexte où une mondialisation multipolaire remet en cause la domination de l'hyperpuissance ; alors qu'à l'intérieur, des éléments de la société évoluent : la famille, la société de consommation, et les rapports entre vie privée et vie professionnelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’épisode pilote est situé en 1981, première année du premier mandat présidentiel de Reagan.
  • 2 Courrier International, n°1192, 5 septembre 2013, dossier « Une nouvelle guerre froide ».
  • 3 Voir l'article suivant dans Le Monde du 29 juin 2010, consulté en mai 2014 : http://www.lemonde.fr/ (...)

1Philip et Elizabeth Jennings vivent dans la banlieue pavillonnaire de Washington. Mariés, deux enfants, ils tiennent une agence de voyage. Deux Américains ordinaires, à un léger détail près : ce sont des agents infiltrés du KGB, implantés depuis les années 60. The Americans (FX, 2013-) met sur le devant de la scène le début des années Reagan dans une série d’espionnage1. Cette dernière témoigne d’un goût récent pour la période (que l’on retrouve par exemple dans la série The Goldbergs, ABC, 2013-) mais aussi d’une actualité plus politique. En effet, depuis la fin des années 2000, les relations sont particulièrement tendues entre les États-Unis et la Russie (autour de la question syrienne par exemple)2. De plus, en 2010, l’arrestation aux États-Unis d’une dizaine d’espions russes infiltrés fait la une des journaux3.

2Trente ans auparavant, est diffusée sur les écrans la série Scarecrow and Mrs. King (CBS, 1983-1987), son double inversé. De nombreux éléments sont communs aux deux séries : les activités d’espionnage, la banlieue pavillonnaire de Washington et la vie de famille. Cependant, la série la plus récente semble prendre le contre-pied de son ancêtre. Les Jennings travaillent pour le compte de l’URSS alors qu’Amanda King et Lee Stetson, alias Scarecrow, le font au profit des États-Unis, au sein de « l’Agence ». De plus, le couple d’espions, mal assorti (la mère de famille et l’agent secret), évolue de la rencontre professionnelle à l’amour, puis au mariage, dans une romance de bureau. Dans l’autre série, le mariage, sans amour, a été ordonné par la hiérarchie soviétique. Le couple est établi, mais instable. Par conséquent, la comédie romantique « à la James Bond » des années 80 tranche avec le style « réaliste », noir voire très noir, de The Americans.

  • 4 CBS est en train de faire un « reboot » de la série MacGyver, coproduit par R. Scott Gemill et Henr (...)
  • 5 Le corpus comprend 47 épisodes de Scarecrow and Mrs. King, 24 épisodes de MacGyver et les deux prem (...)

3Une troisième série, MacGyver (ABC, 1985-19924) apporte un contrepoint révélateur. Le célèbre aventurier débute en effet sa carrière en tant qu’espion avant de rejoindre la fameuse Fondation Phoenix, ce qui ne met pas fin à ses missions de l’autre côté du rideau de fer. Le corpus sélectionné permet donc de comparer les représentations immédiates de la fin de la Guerre froide dans deux séries populaires, et les représentations postérieures de ce conflit – conflit qui pose plusieurs défis de mise en intrigue5.

4Dans le monde réel, l’affrontement américano-soviétique est long (1947-1991), mondial et surtout indirect, à cause de « l’équilibre de la terreur » nucléaire. Il prend par conséquent des formes multiples (de la course à l’espace à la concurrence sportive, en passant par la propagande). Le conflit est également parfois dissimulé : les deux Grands agissent par le biais d’alliés interposés, s’ingèrent dans des conflits locaux et apportent de l’aide sous la forme d’armes ou de « conseillers » techniques et militaires. Ainsi, alors que les mêmes situations de guerre froide sont mises en scène dans les trois séries (le vol de secrets, la défection de scientifiques, par exemple), leur traitement est différent, ce qui est peut-être lié à leur statut : faits d’actualité pour les deux séries des années 80, faits historiques pour The Americans. C’est donc la question du rapport à l’actualité (et de ses conséquences dans la représentation du conflit) que nous nous proposons d’étudier. Alors que les deux séries contemporaines des événements filtrent une actualité parfois brûlante, la série postérieure reconstruit un conflit refroidi, mais qui entre en résonnance avec le vécu du spectateur.

Scarecrow and Mrs. King et MacGyver : une actualité filtrée pour entrer dans le cadre d’un divertissement familial

Scarecrow and Mrs. King, une représentation de la Guerre froide dépolitisée ?

I think espionage is the growth industry of the decade.
(Lee Stetson, Scarecrow and Mrs. King, 1.19)

5Scarecrow and Mrs. King est à première vue une série d’espionnage classique, cependant la guerre froide y est reconstruite de manière en grande partie implicite sur le modèle capitaliste, marqué par la concurrence au sein d’une économie de marché. C’est une représentation distrayante, rassurante et apparemment dépolitisée du conflit en cours.

  • 6 Il s’agit d’entreprises sous contrat avec le ministère de la défense, au sein du « complexe militar (...)

6Au cœur du système se trouve le produit. La marchandise principale dans la série est le secret : secret militaire (portant sur l’organisation de la défense des États-Unis, ou du bloc occidental, en particulier de l’OTAN), mais surtout secret technologique. De nombreux épisodes mettent ainsi en scène l’avance des États-Unis en matière de satellites espions, avions furtifs, missiles, systèmes de cryptographie et autres armements. Ces produits militaires high-tech sont développés par des scientifiques travaillant directement pour le gouvernement, ou plus souvent pour des defense contractors6. Une dernière marchandise évoquée est l’American way of life : elle est montrée comme très attractive pour l’Est, et pousse certains personnages à faire défection. Les États-Unis sont donc le « grand magasin », et le rôle de l’Agence est d’empêcher que ces précieuses marchandises ne parviennent de « l’autre côté ».

  • 7 L’épisode 2.10, par exemple, met en scène la collaboration de Lee Stetson avec son double du KGB po (...)

7De nombreux acteurs animent ce marché du secret. Certains font partie du secteur public : il s’agit des agents appartenant à des services de renseignement, rivaux mais équivalents (KGB, « Agence », MI6). Leur organisation, leur hiérarchie, leurs protocoles et leurs méthodes sont comparables, ce qui leur permet de collaborer en cas de besoin, et notamment en cas de menace nucléaire imminente7. Les autres acteurs sont des professionnels indépendants. Ce secteur privé est dominé par la figure du courtier ou « broker » : il rassemble des informations et des secrets commercialisables (par achat, ou chantage) pour les revendre au plus offrant. Il joue également le rôle d’intermédiaire entre acheteur et vendeur, pour s’assurer du bon déroulement d’une vente. Les brokers peuvent être généralistes, ou spécialisés dans les secrets high-tech (1.19), les mercenaires (2.21), ou les renseignements sur une zone géographique donnée, les Caraïbes par exemple (2.12). Les sous-traitants spécialisés complètent ce monde de l’espionnage : assassins et hommes de main (souvent « lieutenants » auprès de brokers), scientifiques, experts et monte-en-l’air (qui participent à l’acquisition des secrets). Ils travaillent en général pour les brokers, mais peuvent être aussi embauchés par les agents des deux côtés.

  • 8 Ainsi, on trouve trois épisodes où des defectors sont accueillis à Washington, en particulier l’épi (...)

8Ce marché a pour destination des acheteurs, et le principal client est le bloc soviétique. En effet, « l’autre côté » est représenté comme étant en retard technologique, réduit à voler des secrets. En toute logique, les intrigues qui présentent les Soviétiques comme victimes d’espionnage sont très rares8. D’autres clients existent, comme le « Moyen-Orient », mais ceux-ci sont exceptionnellement évoqués.

  • 9 La RDA développe secrètement un char d’assaut dans une firme américaine de jouets implantée à Washi (...)

9Le système fonctionne selon une logique concurrentielle, où les acteurs utilisent la sous-traitance, les intermédiaires, et la délocalisation9. Le monde de l’entreprise est également présent dans les décors (les bureaux de l’Agence sont un vaste « open space »), les intrigues (les fêtes de bureaux, les promotions et la question des dates des congés sont des thèmes récurrents), mais aussi dans les dialogues. Dans 1.19, Lee Stetson évoque ainsi Hadj, un broker :

  • 10 People like Hadj move around Washington, conducting their business as if they own a franchise or s (...)

Lee. Les gens comme Hadj sillonnent Washington pour mener leurs affaires comme s’ils étaient à la tête d’une franchise ou quelque chose du genre10.

  • 11 Françoise Coste, L'Amérique selon Reagan, Paris, Perrin, 2015.
  • 12 Le film d’Oliver Stone, Wall Street, sorti en 1987, est un bon témoin de cette atmosphère.

10La série présente donc une vision dépassionnée de la guerre froide, et marqué par le thème de l’entreprise. Les personnages ne font pas preuve de fanatisme idéologique. D’ailleurs, les agents de l’Est sont absents de près de la moitié des épisodes étudiés, car l’ennemi principal est le broker. Il est donc possible de dialoguer avec « l’autre côté » : un lieu récurrent de la série est un bar à espion, Monk’s, où les ennemis durant les heures de bureau viennent trinquer, une fois qu’ils ont pointé à la sortie. Il semble que cette représentation de l’espionnage traduise une partie de l’idéologie des années 1980. Les années Reagan sont en effet celles du néolibéralisme triomphant, de la remise en cause de l’État, de la dérégulation financière11 et, de manière générale, de l’argent roi12. L’espionnage semble donc reconstruit ici à l’aune de cette idéologie. La structure économique et libérale fait passer au second plan les thèmes nationalistes et patriotiques. En ce sens, Scarecrow and Mrs. King est bien une série représentative des années Reagan.

  • 13 Dans l’épisode 2.13, la secrétaire prise sur le fait en train de trahir s’écrie: « Spare me the “ho (...)

11Ainsi, le motif du « business » donne une apparente neutralité à la fiction, dénuée de tirades patriotiques de la part de personnages qui proclament, au plus, leur loyauté envers leur pays, ou leur attachement à une cause, mais sans autre précision13. Le patriotisme de la fiction apparaît par d’autres procédés. Le premier est le retour au statu quo ante, qui marque la fin de chaque épisode. L’Agence est la gardienne des secrets, les héros remplissent toujours leurs missions, et ne connaissent pas l’échec. Ceci explique la figure récurrente de la course-poursuite, dans presque chaque épisode, juste avant l’épilogue : à pied, à cheval, en hélicoptère, et bien sûr en voiture, les espions ennemis sont toujours rattrapés. Les États-Unis surpassent leurs rivaux et peuvent conforter leur avance.

  • 14 Scarecrow & Mrs King: Complete First Season, Warner Home Video, 2010.
  • 15 Quentin Stevens, Karen A. Franck, Memorials as Spaces of Engagement : Design, Use and Meaning, New (...)

12La représentation proposée est donc rassurante et optimiste, concernant l’issue du conflit qui se dessine. Un autre procédé utilisé est la scansion des épisodes par les images des monuments de Washington, dans le générique et entre les différentes séquences, comme establishing shots (figure 114). La géographie imaginaire et patriotique de la capitale fédérale américaine semble avoir pour fonction, non seulement de localiser l’action du récit, mais aussi de placer les actions des personnages dans un cadre idéologique implicite. Ces courts plans servent à rappeler que les personnages sont des agents fédéraux. Ils véhiculent aussi, les idéaux patriotiques fondamentaux15 grâce à la place particulière de ces monuments dans la culture américaine.

Figure 1. Deux exemples de monuments patriotiques introduisant des séquences de l’épisode 1.19

Figure 1. Deux exemples de monuments patriotiques introduisant des séquences de l’épisode 1.19

13Un troisième et dernier élément joue un rôle patriotique : les scènes domestiques. La vie de famille d’Amanda (Kate Jackson) intervient comme intrigue secondaire systématiquement. L’éducation des enfants, les anniversaires et les fêtes de famille, les courses et les tâches ménagères, les reproches et les conseils de la mère d’Amanda constituent une représentation idéalisée de l’American way of life, marquée par le charme quotidien de la vie de famille, dans une banlieue de la classe moyenne. Cette description du mode de vie américain semble prendre la place des proclamations idéologiques. L’éloge direct est rare et à ce titre, l’épisode 1.14 se détache, en mettant en scène les différences entre la vie à l’Ouest et à l’Est. L’épisode présente Marta, espionne hongroise désirant faire défection, installée provisoirement dans la maison d’Amanda :

  • 16 Marta : « I thought to have blender one day, toaster oven, do you have microwave ? […] I thought to (...)

Marta. Je pensais avoir mixeur un jour, grille-pain, vous avez un micro-onde ? […] Je pensais avoir un micro-onde un jour. Les choses sont très différentes ici de ce que nous avons à la maison, ou de ce que nous n’avons pas à la maison. J’aime ces objets. […] J’ai découvert [qu’ils prévoyaient de me renvoyer là-bas] et j’ai décidé de ne pas y aller. J’aime l’Amérique16.

Il n’y a donc pas d’homo sovieticus, le socialiste ou le communiste n’est pas un Autre. Le bloc de l’Est participe au marché de l’espionnage, utilise les recettes capitalistes, et les habitants de « l’autre côté » partagent les aspirations occidentales à la prospérité et au confort – par ce biais, elles sont ainsi présentées comme universelles.

  • 17 L’expression est employée dans un discours prononcé à Orlando, le 8 mars 1983, devant l’Association (...)
  • 18 Lori Maguire, « Star Wars et la Guerre froide », in Lori Maguire, Cyril Buffet, Cinéma et Guerre fr (...)

14La représentation de l’URSS dans Scarecrow and Mrs. King tranche avec le discours reaganien sur « l’empire du mal17 », pourtant contemporain. En effet, les débuts de la série en septembre 1983 coïncident avec la dernière année « chaude » de la guerre froide. Quelques jours après ce discours offensif, Reagan annonce le programme IDS (Initiative de Défense Stratégique), surnommé Star Wars18 : il s’agit de créer un bouclier antinucléaire dans l’espace, en déployant un réseau de satellites armés. On voit donc ici que la série reprend les partis pris idéologiques reaganien dans le domaine de l’économie, mais pas dans le domaine politique. Ce contexte tendu, dans la réalité, semble peser sur les fictions, ce qui pourrait expliquer le flou qui règne sur de nombreux épisodes des deux séries des années 80.

15Ce flou est d’abord géographique : dans les intrigues étudiées, on peut distinguer deux principaux types de pays. Des États sont nommés, identifiés et réels. Ils ont pour point commun d’être loin des préoccupations du public et/ou de ne pas présenter de potentiel polémique. Les États-Unis y jouent leur rôle de « leader du monde libre », et de défenseur de la démocratie. Ce sont donc des espaces « froids », que les scénaristes peuvent évoquer, ou mettre en scène, sans détours, même s’ils sont au cœur de la guerre froide. Ils sont présents dans les épisodes de Scarecrow and Mrs. King, mais aussi dans MacGyver, le personnage éponyme visite ainsi les pays du bloc de l’Est et l’URSS, de même que l’Afghanistan (voir figure 2).

  • 19 Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis d’Amérique : de 1492 à nos jours, Marseille, Ago (...)
  • 20 Formulé dans la doctrine Truman (1947), il s’agit d’empêcher les progrès du communisme dans le mond (...)

16A contrario, d’autres lieux présentent des enjeux immédiats pour le public, et un fort potentiel polémique concernant l’action des États-Unis dans ces États. Par conséquent, les intrigues sont localisées dans des pays imaginaires. Ces espaces « chauds » se trouvent en majeure partie dans « l’arrière-cour » des États-Unis (Amérique latine, Caraïbes). Dans cette région, l’interventionnisme américain, depuis la formulation de la doctrine Monroe en 1823, a entraîné des actions contraires aux idéaux démocratiques proclamés par le pays (soutien aux dictateurs pro-américains, par exemple). Dans un épisode, MacGyver se rend au Barraca (4.4), pour secourir une religieuse et son ami Pete, prisonniers d’une guérilla. Le scenario semble faire écho au meurtre de religieuses américaines, en décembre 1980, commis au Salvador par les escadrons de la mort19, financés et couverts par le gouvernement américain au nom de l’endiguement20. Le choix d’un pays imaginaire montre une certaine prudence des scénaristes, et permet une réécriture consensuelle de l’événement, la nonne étant bien entendu sauvée.

Figure 2. Une géographie imaginaire de la Guerre froide

Figure 2. Une géographie imaginaire de la Guerre froide

Cette carte thématique a été constituée à partir du dépouillement systématique des épisodes du corpus, pour reconstituer la géographie de la Guerre froide dans les deux séries des années 1980 étudiées.

Cartographie : Jean Gallix

  • 21 Le programme IDS est évoqué par exemple dans Scarecrow and Mrs. King en 1986 (3.22) ; l’aide apport (...)

17Le flou est ensuite historique : certains événements « froids » peuvent être réutilisés directement et rapidement par les scénaristes21. D’autres événements, « chauds », sont réécrits avec un décalage temporel parfois important. Pour les plus polémiques, les deux effets de flou sont combinés.

  • 22 Scarecrow & Mrs King : Complete Third Season, Warner Home Video, 2012.

18L’épisode 3.10 de Scarecrow and Mrs. King est symptomatique à cet égard. L’intrigue débute au Santarilla, pays imaginaire d’Amérique centrale. Les premières minutes présentent des images d’archives filmées, « incrustées » dans la fiction. Combats de rue, civils en fuite sont montrés, et décrits par un commentaire reprenant les codes du journal télévisé. La guerre civile est représentée, mais elle n’est pas attribuée à un pays précis. Dans cette séquence sont incrustées des plans fixes, montrant la mort présumée de deux reporters (figure 322).

Figure 3. Le mélange entre images d’actualité au contexte flou et images de fiction (épisode 3.10)

Figure 3. Le mélange entre images d’actualité au contexte flou et images de fiction (épisode 3.10)
  • 23 Bill Stewart, « Correspondents Decry Killing of ABC Reporter in Nicaragua », The Evening Independen (...)

Cette séquence d’ouverture semble réutiliser et réécrire la mort d’un véritable journaliste de la chaîne ABC, Bill Stewart, en juin 1979 au Nicaragua23. Ce pays, où le gouvernement américain aide la rébellion anticommuniste (les Contras), est donc montré par de vraies images d’archives. Cependant, là encore, la fiction reste prudente, en les situant dans un pays imaginaire, et en permettant aux journalistes de survivre à leurs blessures.

19Un autre épisode (2.20) reprend le même dispositif en évoquant San Rafine, où un candidat socialiste à la présidence a été assassiné. Le meurtre est commandité par une grande firme américaine qui veut éviter des nationalisations, contraires à ses intérêts. Cette intrigue peut être interprétée comme une allusion au coup d’état contre Salvador Allende au Chili, en septembre 1973. Dans ces deux cas, la réécriture de l’histoire est consensuelle : le gouvernement américain est innocent, ce sont des grandes entreprises et des intérêts économiques qui sont en cause.

  • 24 Nous utilisons ici la notion de François Jost, De quoi les séries américaines sont-elles le symptôm (...)
  • 25 Scarecrow & Mrs King : Complete Fourth Season, Warner Home Video, 2013.

20Les deux séries jouent sur l’effet de réel24, en représentant un monde alternatif en léger décalage avec la réalité. Le monde présenté au spectateur est paradoxalement en même le monde du spectateur, réel, et un monde imaginaire. Cette caractéristique permet de donner au spectateur des indices qu’il peut décrypter, tout en utilisant un ton léger. Ainsi, la mise en scène de ce monde alternatif se traduit par l’invention de pays, mais aussi par des institutions imaginaires. L’« Agence » pour laquelle travaillent Lee et Amanda est l’équivalent de la CIA (figure 425), sans l’être (les deux héros croisent des agents de la CIA). De la même façon le DSX, pour lequel MacGyver accomplit des missions pendant la première saison de la série, est aussi un double fictif de la CIA. Le baroudeur entre ensuite au service de la Fondation Phoenix, à la fois defense contractor et organisation humanitaire. Elle symbolise le rôle des États-Unis dans le monde : « leader du monde libre », capable d’utiliser à la fois la force armée du hard power et la bienveillance charitable du soft power. Cette double caractéristique fait également écho à la reconstruction de la guerre froide dans cette série : une vision non pas capitaliste, mais humaniste.

Figure 4. Le logo de « l’Agence » rappelle celui de la CIA (4.4)

Figure 4. Le logo de « l’Agence » rappelle celui de la CIA (4.4)

MacGyver, une représentation humaniste et optimiste de la Guerre froide

I've been in this god forsaken wilderness for two years, I hate it; but I suspect it might be still considerably better than a stockade. (un officier de l’Armée Rouge, basé en Afghanistan, inquiet d’échouer, MacGyver, 1.17)

21Dans MacGyver, la guerre froide apparaît comme un conflit créé et entretenu par une minorité, qui utilise la menace pour gouverner, et qui, par conséquent, divise l’humanité. En effet, le bloc de l’Est est montré dans cette série comme une forteresse, qui isole derrière ses frontières une partie de l’humanité : tout est fait pour garder les secrets et les hommes à l’intérieur. Les agents du système (KGB, GRU, soldats) ont du pouvoir sur les habitants, en les menaçant. Mais les agents du système sont eux aussi intimidés par leurs supérieurs. Le thème du risque de procès, de prison ou de camp, en cas d’échec, est un leitmotiv.

22Ainsi le premier épisode de la troisième saison présente les deux cas de figure. MacGyver est confronté à deux Soviétiques, tous deux punis de camp mais pour des raisons différentes. Une ex petite-amie, dissidente, a été punie pour avoir commis un sabotage avec lui. Un agent du système, soviétique, quant à lui, a été emprisonné dans le même camp, parce qu’il a échoué contre MacGyver en Hongrie (1.3). Cet échec est mis en scène comme une humiliation intolérable pour l’URSS, dans un pays satellite. Les deux personnages se sont rencontrés dans le camp et mariés.

  • 26 Cette description de l’âme russe se retrouve dans 2.13, et dans Scarecrow and Mrs. King (3.13) où u (...)

23La menace, qui pèse sur tous les habitants du bloc de l’Est, est posée par un gouvernement qui n’est jamais montré. Ni la hiérarchie, ni même la ville de Moscou n’apparaissent à l’écran dans les épisodes étudiés. Ce pouvoir manque de légitimité, et n’entraîne même pas l’adhésion de tous les agents du système. C’est pourquoi MacGyver trouve toujours des alliés inattendus de l’autre côté du rideau de fer. Par exemple, dans l’épisode 1.21, une psychiatre, réticente au traitement des « politiques », aide MacGyver, Pete et un dissident à s’enfuir. Le pouvoir soviétique, lointain et invisible, n’est donc pas montré comme représentatif de la population. La série fait même parfois l’éloge de l’âme russe éternelle, philosophique et poétique, selon des stéréotypes inspirés des grands auteurs du XIXe siècle, de Tolstoï à Dostoïevski26. Dans la série, le peuple « russe » est distingué de son gouvernement. Ainsi, dans 1.21, le dissident, délivré de l’hôpital psychiatrique, refuse de quitter l’URSS à la grande surprise de Pete :

  • 27 Pete : They had you locked in a straight jacket !
    Karsov : It's a government, Pete, not Russia ! A g (...)

Pete. Ils t’ont mis dans une camisole de force !
Karsoff. Mais ce n’est qu’un gouvernement, Pete, pas la Russie ! Un gouvernement !
MacGyver. Et avec plus de gens comme vous, tout est possible, absolument tout27.

  • 28 Il s’agit en réalité d’un programme de « parrainage » par correspondance, déjà évoqué en saison 5 ( (...)

24Ce pouvoir, illégitime et menaçant, sépare des familles et des couples, schéma récurrent auquel très peu d’épisodes échappent: frères et sœurs (1.15), pères et fils (1.17, 2.13), pères et filles (1.21), oncles et nièces (4.14), ou toute autre configuration familiale. La guerre froide sépare même les héros de leur propre famille. La « fille adoptive28 » de MacGyver est prisonnière en République Populaire de Chine, pour avoir participé aux manifestations de Tien Anmen. Un dernier cas de figure est constitué par les couples « mixtes » : agents du système d’un côté et dissidents de l’autre. En effet, dans 2.22, la femme de Dubcek, le dissident tchécoslovaque, est en réalité une agente du GRU.

  • 29 L’épisode est diffusé pour la première fois en mars 1989, et l’Arménie est frappée par un séisme le (...)

25MacGyver présente ainsi une humanité divisée, et non deux camps que tout oppose. Comme dans Scarecrow and Mrs. King, les habitants du bloc et les agents du système ne sont pas représentés comme des fanatiques de la cause socialiste. Par conséquent, dans les deux séries des années 80, l’ennemi n’est pas diabolisé. Ainsi, l’intrigue de l’épisode 4.14 présente deux Soviétiques comme des héros positifs. MacGyver aide un général qui a combattu durant la Seconde Guerre Mondiale, occasion de rappeler au spectateur la participation de l’URSS à la Grande Alliance. Avec la jeune et belle Natalia, ils partent chercher de l’or pour porter secours aux Arméniens qui viennent de subir un tremblement de terre29. Le « vilain », par renversement, est un ancien soldat américain animé uniquement par l’appât du gain. Cet épisode met en scène la capacité du pouvoir soviétique à être bénéfique, dans le passé comme dans l’actualité.

  • 30 Patrick Henry (1736-1799) est surtout connu pour un discours anti-britannique, prononcé en 1775 («  (...)

26Cependant, MacGyver reste une série patriotique et consensuelle, en développant le thème du peuple qui guide l’humanité vers un monde meilleur. Les États-Unis apparaissent comme le pays modèle. La série célèbre régulièrement l’American way of life, en montrant comment les références politiques et culturelles occidentales, et plus spécifiquement américaines, traversent le rideau de fer. Dans plusieurs épisodes, les États-Unis sont représentés comme le pays du jean et du chewing-gum (1.3), du steak (3.6) et, bien évidemment, comme le pays du cinéma et de la liberté. Quand MacGyver accueille chez lui Youri, le fils d’un dissident soviétique (2.13), celui-ci connaît le film Autant en emporte le vent (Gone with the Wind, Victor Fleming, 1939), et cite un révolutionnaire de la guerre d’indépendance américaine, célèbre aux États-Unis, Patrick Henry30.

27Par l’entremise de MacGyver, les États-Unis font figure de grand frère, apportant la bonne parole partout dans le monde. Un épisode le présente donnant des leçons de démocratie au leader d’une guérilla au Pérou (5.15). Ce dernier renonce à la violence et se transforme en agriculteur, abandonnant la lutte armée pour nourrir son peuple. Cette position est également mise en scène dans Scarecrow and Mrs. King, où les États-Unis sont en charge de maintenir la paix mondiale. L’épisode 3.21 est centré sur la collaboration de trois couples d’espions ennemis, chargés d’empêcher une escalade nucléaire entre l’Inde et le Pakistan. D’un commun accord, les espions soviétiques et chinois laissent la tête des opérations à Scarecrow et Amanda.

  • 31 Dans la saison 1 uniquement, MacGyver s’échappe de Hongrie dans 1.3, de Berlin-Est dans 1.12 (en je (...)

28Le dernier rôle particulier dévolu à MacGyver est celui de restaurer la circulation des hommes et des informations, incarnant de ce fait les valeurs libérales. Le héros baroudeur permet à des messages, des listes d’agents, et des dissidents de sortir de la forteresse soviétique, en s’évadant à de nombreuses reprises. Les passages dramatiques de frontière sont récurrents, la figure la plus fréquente étant la traversée du rideau de fer31. MacGyver s’échappe également de deux hôpitaux psychiatriques (1.21, 2.22), de deux camps de travail (1.3, 2.13) et d’un consulat chinois sur le territoire américain (figure 5).

Figure 5. MacGyver et une dissidente s’échappent d’un consulat grâce à une tyrolienne improvisée (5.7)

Figure 5. MacGyver et une dissidente s’échappent d’un consulat grâce à une tyrolienne improvisée (5.7)

Les valeurs et la culture américaines ne sont pas arrêtées par le rideau de fer. Celles-ci apparaissant universelles et partagées. Il est donc possible de changer le monde.

29La représentation de la guerre froide dans MacGyver, humaniste et patriotique, est aussi optimiste. En effet, la diffusion de la série débute en septembre 1985, quelques mois après l’arrivée au pouvoir de M. Gorbatchev, dont le profil et le discours tranchent avec ses prédécesseurs. Le monde n’est plus figé. Il y a un espoir de changement, dont les intrigues de MacGyver portent la trace, avant de mettre en scène les conséquences de la chute du bloc soviétique.

  • 32 « Glasnost » signifie « transparence », ce principe doit être appliqué dans la vie politique, et pe (...)
  • 33 Le général: « As for the Glasnost, I don't agree with the current soviet administration: this new o (...)

30Les changements de politique intérieure sont évoqués directement, dans le premier épisode de la saison 3 (diffusé pour la première fois en septembre 1987) : Nicolai, l’agent soviétique puni de camp après son échec en Hongrie, explique qu’il a pu être libéré grâce à la Glasnost32, alors qu’un général soviétique conservateur la critique durement33.

  • 34 L’épisode 3.12 est diffusé pour la première fois en janvier 1988.

31Les changements dans les relations internationales apparaissent de façon plus détournée dans un autre épisode, Early Retirement (3.12) par le biais de plusieurs intrigues. La première est centrée sur le démantèlement de missiles nucléaires américains, supervisé par la Fondation Phoenix. Dans la fiction, le contexte reste flou. Cependant dans la réalité, M. Gorbatchev reprend les négociations de désarmement dès son arrivée au pouvoir, et signe avec R. Reagan à Washington, en décembre 1987, un traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, qui prévoit la destruction de vecteurs34. Les intrigues complémentaires sont également instructives : la première est centrée sur la retraite de Pete, ancien espion ayant fait carrière durant la guerre froide, sur le point d’être inutile ; la seconde présente la réception d’un dictateur anti-américain imaginaire (Amunde, dirigeant du Sandbacca), personnage évoquant peut-être Kadhafi. Les scénaristes semblent ainsi représenter la transition entre la guerre froide, conflit « classique » sur le point de se terminer, et les conflits futurs se situant au Proche et au Moyen-Orient.

32La troisième dynamique des dernières saisons de MacGyver est idéologique. À mesure que la guerre froide et ses dangers s’éloignent, la fiction semble se simplifier et surtout se durcir, en dénonçant de façon plus directe et plus visible la violence de « l’autre côté ». Celle-ci n’est plus une menace, parfois mise à exécution, mais des actes que l’on peut montrer par le biais de flash-back et d’images incrustées, qui jouent alors le rôle de preuve.

  • 35 Cet épisode est diffusé pour la première fois en octobre 1990, le mois même de la signature du Trai (...)

33Dans la saison 6, les deux épisodes évoquant la situation en Europe de l’Est, après la chute du Mur, comprennent des flash-back au style expressionniste en noir et blanc. Dans le deuxième épisode, la Roumanie de Ceausescu est représentée selon un modèle fasciste, grâce aux souvenirs d’enfance de Victor (6.2), soldat d’élite de la garde personnelle du dictateur, élevé dans un « orphelinat militaire », où il est soumis à la propagande, et entraîné à tuer au nom de son « Père ». Le deuxième épisode, The Wall (6.5), évoque la réunification allemande, grâce au destin d’un grand-père séparé de sa petite-fille35. MacGyver fait des recherches dans les archives saccagées de la Stasi, dont les murs sont couverts d’inscriptions accusatrices (« Morder »), afin de retrouver sa trace. Le flash-back de l’épisode montre le passage de la frontière, entre la RDA et la RFA, qui a séparé la famille. Trahis par des agents de la Stasi, qu’ils ont pourtant payés, l’événement est meurtrier : le père meurt sous les balles des soldats, la fillette est rattrapée, seul le grand-père parvient à s’échapper (figure 6). Le flash-back nous semble donc, dans cette série, le lieu privilégié de la mise en scène de la spécificité totalitaire du monde communiste, du point de vue de l’idéologie et de l’utilisation de la violence.

Figure 6. Un flash-back en noir et blanc dramatise le passage meurtrier de la frontière entre la RDA et la RFA (6.5)

Figure 6. Un flash-back en noir et blanc dramatise le passage meurtrier de la frontière entre la RDA et la RFA (6.5)
  • 36 Voir Mark Hertsgaard, “China Coverage: Strong on what, Weak on Why?”, Rolling Stone, 21 septembre 1 (...)

34Un autre procédé visuel est employé pour mettre en scène les violences de l’autre camp : les images incrustées. Il est utilisé deux fois dans les épisodes de MacGyver étudiés, à propos de la Chine. L’enjeu de l’épisode Children of Light (5.7) est une cassette vidéo, montrant les violences commises par le régime sur la place Tien Anmen — cassette sortie illégalement de République Populaire. Il est à noter que cet épisode est diffusé pour la première fois en novembre 1989, quelques mois après les événements qui datent de juin. Cette intrigue en exagère la faiblesse de la couverture médiatique : en effet de nombreux journalistes sont présents sur place, à l’occasion d’un déplacement de M. Gorbatchev. La censure du gouvernement n’est pas aussi efficace dans la réalité que dans la fiction, car la fermeture de la transmission satellitaire a tardé36. C’est pourquoi la vidéo, visionnée par les héros comprend des images d’archives. Ce sont bien des images réelles qui sont incrustées dans le téléviseur de MacGyver avec le commentaire de Mei Jin, la dissidente qui raconte les événements. Les images d’actualité, et le commentaire de fiction, montrent au grand public la répression d’un mouvement étudiant, pacifique et démocratique. Grâce à l’intervention de Pete, la cassette vidéo est ensuite diffusée sur les écrans du monde entier. Là encore, l’idéologie libérale de libre-circulation est mise en action.

  • 37 M. Cantor, J. Cantor, Prime Time Television: Content and Control, 2ndEdition, Newbury Park, CA: Sag (...)

35L’histoire est donc en marche dans MacGyver. Les derniers épisodes consacrés à la guerre froide s’inspirent de l’actualité, parfois avec un décalage très court. Ils dénoncent plus ouvertement les violences de ce conflit, quand celui-ci s’achève. De manière générale, les séries des années 1980 étudiées, ne représentent pas la guerre froide comme un conflit entraînant des brutalités extrêmes. Cela est lié dans Scarecrow and Mrs. King à la reconstruction du conflit sous un angle économique. Dans MacGyver, les violences sont limitées par l’univers humaniste et optimiste de la série. Les deux programmes ont aussi pour point commun d’être diffusés sur deux grands networks, pour une audience familiale. Ils présentent également des héros positifs et actifs, peut-être à l’image d’une Amérique reaganienne : à nouveau sûre d’elle et de sa victoire. Le retour de la guerre froide, une trentaine d’années plus tard, avec The Americans, se place en opposition avec ces représentations. Alors que les personnages principaux peuvent difficilement être qualifiés de héros, un palier dans la mise en scène des violences est franchi. Cette brutalité sans fard est peut-être liée à la distance chronologique séparant les événements de la diffusion de la série, mais aussi à sa production par une chaîne du câble, non soumise aux réglementations fédérales37.

La guerre froide dans The Americans, un conflit en résonance avec l’actualité 

Un drame « réaliste » 

  • 38 Le créateur de la série, Joe Weisberg, est lui-même un ancien agent de la CIA.

36Contrairement aux deux séries des années 80, au ton souvent proche de la comédie, The Americans se veut un drame reconstruit au plus proche de la réalité. Ce parti pris de représentation réaliste de l’espionnage38 a pour conséquences la violence et la noirceur du propos.

37En effet, The Americans est avant tout une tragédie, dans sa forme la plus classique. Unité de lieu tout d'abord : la série se passe pour l'essentiel à Washington et dans sa région (Virginie, Maryland). Les personnages évoluent cependant le plus souvent dans le décor de la banlieue pavillonnaire, revenue sur le devant de la scène, notamment avec la série Desperate Housewives (ABC, 2004-2012) pour se limiter à un seul exemple. La série adopte une forme feuilletonnante qui permet de créer une unité de temps. L’action se déroule de manière resserrée : quelques semaines seulement semblent séparer le premier du dernier des treize épisodes de la première saison. Le récit gagne cependant en profondeur historique grâce à l’utilisation de flash-back, qui présentent l’installation aux États-Unis des personnages principaux, Philip et Elizabeth Jennings, puis des événements de leur passé respectif, éclairant ainsi leur comportement.

38La série fonctionne comme une suite d'engrenages, qui peuvent jouer les uns sur les autres, donnant l’impression d’un rythme qui s’accélère. Les actions ayant toujours des conséquences, les intrigues mises en place peuvent réapparaître après plusieurs épisodes. Par exemple, un micro est posé chez le Secrétaire à la Défense, dans une horloge de son bureau, par sa femme de ménage, sous la menace des époux Jennings. Ce micro est installé dans le second épisode de la saison 1. Il réapparaît et est utilisé dans l’épisode 4 pour écouter les réactions des autorités américaines, après l’attentat perpétré contre R. Reagan. Dans l’épisode 12, la femme de ménage avoue son forfait à sa patronne ; en conséquence, dans l’épisode 13, le micro est utilisé par le FBI pour désinformer les Soviétiques.

  • 39 Notons simplement que la saison 3 aborde la guerre en Afghanistan et la lutte contre l’apartheid en (...)

39The Americans se caractérise aussi par le réalisme des événements historiques évoqués : l’Initiative de Défense Stratégique est le fil conducteur de la saison 1, et la saison 2 évoque l’aide américaine en Afghanistan et le développement de la technologie furtive39. Au contraire des deux autres séries, même les événements les plus polémiques peuvent être abordés directement, comme l’interventionnisme américain au Nicaragua, arc principal de la saison 2. Les différentes intrigues relatives au Nicaragua tournent autour du personnage d’Andrew Larrick, membre des forces spéciales au Vietnam, et formateur de Navy Seals à Annapolis, il est conseiller militaire pour les Contras. Il est poursuivi jusqu’à Washington par une jeune sandiniste idéaliste, fille d’un journaliste qu’il a torturé et assassiné. Il est aussi en charge d’un camp d’entraînement pour militaires contre-révolutionnaires, objet d’une tentative de sabotage par les Jennings (2.9), qui veulent en dénoncer la présence sur le sol américain. En 2013, le Nicaragua ne semble plus être un sujet tabou.

40En plus de l’authenticité du cadre historique, la série est présentée sur une toile de fond très soignée. Le réalisme proclamé est assuré notamment par les décors, la bande son, et les vêtements. Par exemple dans l’épisode 2.8, une authentique publicité pour une école d'arts martiaux (Jhoo Rhee), célèbre pendant les années 80 dans la région de Washington, est incrustée dans un téléviseur. Le poste de télévision est utilisé plus généralement pour construire cet effet de réel, par la présentation et le rappel, en arrière-plan, d’extraits de discours présidentiels et d’actualités télévisées.

  • 40 Stéphane Massa-Bidal, « Composition générique », Entrelacs [Online], HS | 2008, en ligne depuis 201 (...)

41Ce réalisme donne à la reconstruction historique un poids supplémentaire, qui lui permet de faire passer un message idéologique, par l’usage de la symétrie. Ce motif se retrouve en effet dans le système des personnages et dans la structuration des camps. Cette lecture du monde propre à la série se retrouve dès le générique, dont la fonction est programmatique40.

Une image brouillée des États-Unis 

  • 41 Le schéma suivant a été réalisé par Julie Richard, à partir du dépouillement systématique de la pre (...)

42Au contraire des séries des années 80, les deux camps apparaissent comme équivalents, ce qui brouille l’image des États-Unis. La série est construite par un jeu de miroirs et de symétries, comme on le voit avec le système des personnages (voir figure 741).

Figure 7. Les symétries et les réseaux de relations entre les personnages dans la saison 1 de The Americans

Figure 7. Les symétries et les réseaux de relations entre les personnages dans la saison 1 de The Americans
  • 42 En réalité, Philip et Elizabeth ne sont pas mariés légalement. L’épisode 1.12 (The Oath) évoque cet (...)
  • 43 La rezidentura est le bureau du KGB à l’ambassade d’URSS à Washington.

43En premier lieu, on distingue une symétrie des couples mariés : les principaux « héros », Philip et Elizabeth Jennings42, du KGB et, de l’autre côté de la rue, Stan Beeman, agent de la section contre-espionnage du FBI, et sa femme Sandra. Même symétrie dans certaines relations professionnelles, qui évoluent vers des relations personnelles, plus ou moins sincères. Philip, se présentant comme Clark, un agent des affaires internes du FBI, manipule Martha, la secrétaire affectée à la section de Beeman et, pour mieux la contrôler, noue une relation avec elle. En face, Stan oblige une agente de la « rezidentura 43» du KGB, Nina Sergueievna, à travailler pour lui, avant d’en faire sa maîtresse.

  • 44 Terme utilisé pour désigner les agents infiltrés sur le territoire américain.
  • 45 Le superviseur de Beeman, Gad, lui demande : « Had she had you for breakfast ? », 1.7; cette métaph (...)

44On constate également l’existence d’un certain nombre de relations extra-conjugales, en miroir. Philip revoit son amour de jeunesse, devenu comme lui une « illegal 44» du KGB (Irina/Anne) dans l’épisode 1.7 ; de son côté, Elizabeth a recruté, en participant au mouvement des droits civiques, Gregory, un jeune noir américain, idéaliste comme elle et, déçue par son vrai/faux mariage, a entamé une relation avec lui. On peut rappeler les difficultés conjugales de Stan, revenu profondément transformé d’une précédente mission sous couverture, difficultés qui l’ont amené à faire de Nina son « petit déjeuner 45», si l’on suit la métaphore utilisée dans les dialogues, qui sous-entend une relation adultère.

45Ce jeu de miroirs et de symétries est un schéma qui s’applique à l’ensemble de la série. The Americans présente deux réseaux hiérarchisés, ennemis et équivalents, personnifiés par les superviseurs, respectivement l’agent Gaad, chef de la section contre-espionnage du FBI, et Claudia officier traitant des « illegals » du KGB, Elizabeth et Philip (voir figure 7). La guerre froide semble ainsi représentée uniquement comme la lutte entre deux empires comparables. Le projet de la série est visible dès le générique. L’utilisation du split screen permet de mettre en regard les deux camps, symbolisés par des images de propagande, des pères fondateurs respectifs, des centres du pouvoir, et de la course à l’espace (voir figure 8).

Figure 8. Le jeu de symétrie brouille les repères idéologiques dès le générique avec l’utilisation du split screen

Figure 8. Le jeu de symétrie brouille les repères idéologiques dès le générique avec l’utilisation du split screen
  • 46 La « religion civile » est un ensemble de cérémonies et de symboles qui doit unir les Américains au (...)

46Les deux camps ont cependant des idéologies propres. À la différence des séries des années 80, elles sont mises en scène de manière détaillée, et sont objets de débats dans les dialogues. Ces deux idéologies sont représentées de façon asymétrique cependant : quelques voix (souvent Elizabeth Jennings) pour le bloc de l’Est, contre tout un environnement baigné de reaganisme, comme on le voit dans l’éducation des enfants. Ainsi Henry Jennings, accompagné par son père, assiste à une manifestation dans son collège, où est accueilli le célèbre astronaute Stafford. Cette cérémonie est l’occasion de célébrer l’avance des États-Unis dans le domaine spatial, preuve de leur supériorité sur l’URSS. De plus, elle permet de voir la « religion civile46 » en action : l’ensemble de l’assistance, y compris Philip, entonne l’hymne national, la main sur le cœur. En effet, The Star-Spangled Banner, de même que le drapeau et la Constitution, font l’objet d’un culte public.

47Les repères qui devraient être les plus évidents sont brouillés : le discours officiel du reaganisme, qui présente une opposition tranchée entre les deux camps, ne se retrouve pas dans les intrigues de la série. Les personnages faisant partie du KGB, qui selon ce discours sont des agents de « l’Empire du mal », ne sont pas systématiquement les « méchants ». Ils peuvent agir en accord avec les valeurs américaines : on voit Philip s’interposer entre sa fille et un prédateur d’adolescentes, dès l’épisode pilote, s’assurant ainsi la sympathie du spectateur. Par une symétrie inversée, Beeman, agent du FBI, représentant le « Bien », pratique l’adultère et assassine un homme, sans nécessité réelle (1.9).

  • 47 Françoise Coste, L'Amérique selon Reagan, Paris, Perrin, 2015.

48Dans une série sans gentil ni méchant, les États-Unis ne représentent plus le Bien, contrairement à la façon dont ils apparaissent dans les séries des années 80 étudiées. En effet, dans Scarecrow and Mrs. King, les États-Unis représentent le « Bien », parce que leur système économique est performant ; dans MacGyver cette image est plus politique, et reprend les valeurs traditionnelles du pays. À ce titre, The Americans est bien une série post 11-septembre, événement dont les suites ont fortement dégradé l’image des États-Unis, y compris au sein même de la société américaine. Ainsi, le slogan « America First » revient sur le devant de la scène dans la politique étrangère à la fin de l’année 2001. Les États-Unis revendiquent à présent leur unilatéralisme, comme l’intervention en Irak sans l’approbation du Conseil de Sécurité de l’ONU en 2003 l’a démontré. De plus, de nombreuses actions menées dans le cadre de la « guerre contre la terreur » à Guantanamo, comme dans la prison d’Abou Ghraib ou aux États-Unis mêmes, par le biais du Patriot Act, sont critiquées. Les manifestations publiques internationales dénonçant la décision américaine d’intervenir en Iraq en 2002 sont un exemple de la dégradation de l’autorité morale des États-Unis à l’étranger. De plus, une partie de l’opinion américaine se demande si ces actions sont conformes aux valeurs défendues par leur pays47.

Des personnages au bord du nervous breakdown

49La fracture durable dans l’image idéalisée des États-Unis semble se retrouver dans la psyche même des personnages, marquée par la souffrance permanente. Cette souffrance est alimentée, entretenue et aggravée par un « effet de réseau ». Peuvent être mis en lumière plusieurs syndromes. Bien entendu, la paranoïa est la première à apparaître : qui est membre de quel réseau ? Où s'arrête le réseau ennemi ? On a toujours l’impression que l'on ne voit que le sommet de l'iceberg.

50La scène qui clôt l’épisode pilote est caractéristique : Stan suspecte ses nouveaux voisins d’être des agents du KGB liés à l’enquête qu’il mène – soupçon fondé uniquement sur son intuition d’agent expérimenté. Il s'introduit nuitamment dans leur garage pour fouiller leur voiture. La caméra, qui le suit à l’extérieur, est installée dans une voiture devant le garage, ce qui met le spectateur à la place d’un policier en planque. Stan vérifie le coffre de la voiture des Jennings, n’y trouve rien et hoche la tête, se moquant de lui-même. Il ressort tranquillement, sans s’apercevoir que Philip, dissimulé dans le garage, pistolet au poing, ne l’a pas quitté des yeux. La paranoïa est triple : elle affecte non seulement les deux personnages, mais aussi le spectateur qui est placé dans la position d’un voyeur paranoïaque.

51La schizophrénie est fréquente, elle aussi : un personnage appartient souvent à deux réseaux en même temps, ce qui est propice aux conflits intérieurs. L’exemple le plus typique de ce phénomène est Nina : membre mineur de la rezidentura du KGB, retournée par Stan Beeman au début de la première saison, elle devient informatrice du FBI en même temps qu’elle grimpe dans la hiérarchie du KGB. Elle décide de se dénoncer quand Vlad, son collègue et ami, est assassiné par le FBI. Elle continue comme taupe au service du KGB, tout en continuant à demander son exfiltration au FBI. Aux yeux du spectateur, Nina reste un personnage ambigu, qui n’a pas choisi son camp et qui marche sur le fil du rasoir.

52On terminera cette liste des pathologies par la psychose avec personnalités multiples. Ici, on pense immédiatement aux déguisements du couple Jennings, en particulier à ceux utilisés par Philip. Sous le pseudonyme de Clark Westerfield, agent fédéral, il rencontre Martha, qui travaille comme secrétaire au FBI et la transforme en informatrice. Il se rapproche d’elle petit à petit, et finit même par l’épouser. Il lui présente à cette occasion sa sœur et sa mère, incarnées respectivement par sa femme Elizabeth et sa patronne au KGB, Claudia. Il s’installe en partie chez elle. Clark peut donc être considéré comme un personnage récurrent à part entière de la série : il a un emploi, une famille et un logement. Il s’épaissit peu à peu, à tel point qu’Elizabeth finit par demander à son mari de jouer le rôle de Clark dans la chambre à coucher (2.6). Où l’on voit que les personnages sont à l’image d’un monde bipolaire, personnifiant la rupture Est/Ouest. Peut-être le parti pris de réalisme de la série trouve-t-il ici une de ses limites, car un tel état de dissociation mentale pose des problèmes de réalisme psychologique.

  • 48 À la différence de Scarecrow and Mrs. King et de séries d’espionnage plus récentes comme Alias (ABC (...)

53Dans The Americans, conflits de réseaux et violence sont indissociables. La violence et la sexualité, permanentes, montrées frontalement, sans idéalisation ni esthétisation, participent de la noirceur de la série48. Elle provient bien entendu du télescopage entre les deux réseaux, mais également de la confusion continuelle entre les relations personnelles et la sphère professionnelle. Il en résulte un état de tension qui, devenu insoutenable, donne lieu à de terribles accès de violence.

54Examinons l’engrenage autour de la mort d'Amador, partenaire de Stan au FBI. Amador, qui a des vues sur Martha, la suit et, rencontre devant son appartement, Philip déguisé en Clark. Il reconnaît ce dernier, qu’il a rencontré précédemment dans une petite fête de voisinage chez son coéquipier. Philip poignarde et enlève Amador. En réaction, Stan, parce qu’il considère son partenaire comme un ami, enlève Vladimir, un agent du KGB, dans l’espoir de l’échanger avec Amador. Quand finalement le cadavre de ce dernier est retrouvé, Stan tue Vladimir, dans un accès de froide colère. Cette éruption de violence provient du choc entre les relations professionnelles et personnelles. De la même façon, quand Claudia menace la famille d’Elizabeth, mélangeant les deux sphères, la réaction de la mère de famille est immédiate et d’une grande brutalité, sans tenir compte de la hiérarchie : elle bat sauvagement Claudia (1.6).

  • 49 À cet égard, l’affaire Snowden révélant les écoutes généralisées de la NSA est archétypale. Voir pa (...)

55Les interactions humaines sont donc décrites comme incontrôlables, malgré tous les protocoles soigneusement conçus pour empêcher ou encadrer la violence. La multiplicité des personnages et la complexité de leurs relations les subvertissent régulièrement. Cette reconstruction de la guerre froide semble à l’image de la société occidentale actuelle. Le contexte du développement des nouvelles technologies, et en particulier des réseaux sociaux, a de nombreuses conséquences : débordement de la vie professionnelle sur l’espace privé, exposition de la vie privée, et capacité de certaines grandes entreprises et agences de renseignement d’y accéder49. Or, symboliquement, l'un des arcs de la saison 2 est justement la création d'Arpanet, ancêtre d'internet, et sa découverte par les Soviétiques. La guerre froide fragilise la santé mentale des personnages, mais aussi les principaux piliers de l’American way of life.

L’American way of life remise en cause

56La célébration du mode de vie américain, très présente dans les séries des années 80, ne semble plus de mise dans The Americans. Le premier pilier touché est le couple et la famille, dont la série construit une vision démythifiée. Toujours au bord de la rupture, la vie quotidienne est aussi fragile que la vie d'espion. Ainsi, pendant qu’ils courent partout à la recherche de renseignements, alors qu’ils dépensent une énergie parfois colossale à combler les multiples failles qui menacent leur couverture, et donc la sécurité de la famille, Philip et Elizabeth mènent une vie de couple que l’on pourrait qualifier d’ordinaire. Comme un certain nombre d’époux, leurs relations se tendent jusqu’à la rupture, officialisée pendant l’épisode 8. Elle se poursuit jusqu’à la fin de la saison, et Philip, en bon époux expulsé par sa femme, se réfugie dans un motel.

  • 50 L’image d’une famille dysfonctionnelle dans un contexte de Guerre Froide se retrouve dans Alias, sé (...)

57La famille n'est donc pas un havre de paix et de sécurité50. La fille des Jennings, Paige en vient à se méfier d’eux : elle avait surpris sa mère remontant du sous-sol en pleine nuit, et celle-ci s’était justifiée de façon peu convaincante. La scène qui clôt la première saison montre Paige se rendant dans la buanderie au sous-sol pour vérifier l’excuse de sa mère. La place de cette scène remarquable est déterminante : elle constitue la dernière impression, et donc la dernière clef d'interprétation possible de la saison, tout en relançant le suspense (figure 9).

Figure 9. La séquence finale de la première saison : les soupçons de Paige (1.13)

Figure 9. La séquence finale de la première saison : les soupçons de Paige (1.13)
  • 51 Camille Froidevaux-Metterie, op. cit., p. 3 : « à rebours de la plupart des nations occidentales, l (...)

58Un autre pilier du mode de vie américain est discuté : la religion et sa place dans la famille, thèmes très présents dans la saison 2. Celle-ci s’attarde notamment sur l’itinéraire de Paige, dont le personnage prend une dimension supplémentaire. Plusieurs épisodes montrent une contradiction inhabituelle entre les valeurs parentales (ici, bien sûr, l’athéisme attendu de la part de Soviétiques bien pensants) et la religion, deux éléments essentiels de l'American way of life. Des disputes extrêmement sévères opposent Paige et ses parents, en particulier son père, quand ils apprennent qu’elle se rend en cachette aux réunions d’un groupe d’études bibliques. Philip, de rage, en vient à déchirer la bible de sa fille devant elle (2.8). Étant donné le lien fondamental entre la religion et la politique aux États-Unis51, la mise en scène de la conversion religieuse de Paige est aussi un moyen de signifier son adhésion au mode de vie américain.

  • 52 Dès 1950, le Congrès mondial des partisans de la paix, influencé par l’URSS, lance « l’appel de Sto (...)

59Mais paradoxalement, plus tard dans la série, Paige se rapproche de l’idéologie de ses parents grâce à la religion. Elle se met en tête de manifester contre le nucléaire, avec ses amis du groupe religieux qui sont aussi pacifistes. En effet, l’Union soviétique se présente comme le défenseur de la paix mondiale et dénonce régulièrement l’arme nucléaire52. À la grande surprise de Paige, Philip l’autorise à se joindre à la sortie du groupe.

  • 53 O.C.D.E., Vers des modes de consommation durables Le point sur les initiatives des pays Membres: Le (...)

60La consommation est le dernier pilier remis en cause dans la série, dès l’épisode pilote. Les époux Jennings se disputent régulièrement à ce sujet : la vie à l'Ouest a ses bienfaits, selon Philip, ce qu’Elizabeth nie farouchement. Dans 2.8, Philip s'achète une voiture neuve pour se faire plaisir; il défend son choix auprès d'Elizabeth, et réussit à lui faire admettre qu'elle aussi apprécie le confort donné par la vie américaine. Dans un second temps néanmoins, Philip, apprenant la mort de l’équipage d’un sous-marin soviétique, construit d’après des plans piégés qu’il a lui-même volés à l’US Navy, trouve sa nouvelle voiture beaucoup moins belle… Le débat peut donc également passer à l’intérieur d’un personnage. On pourrait généraliser cette réflexion à l'ensemble des États-Unis, où existe, dans certaines couches de la société, un débat autour de la consommation53 (consommation locale, obsolescence programmée, décroissance). En effet, des théoriciens prônent la poursuite du modèle actuel, d’autres préféreraient le transformer pour répondre aux exigences du développement durable, les plus radicaux ordonnant le passage à la décroissance.

Conclusion

61Conflit global, multiforme, et indirect : ces caractéristiques de la guerre froide rendent en grande partie compte de l’aspect international des séries étudiées. Dans Scarecrow and Mrs. King et MacGyver, tout un monde est reconstruit, reconstruction affectant jusqu’à la géographie. The Americans, série plus récente, quant à elle, fait de la capitale des États-Unis une métropole cosmopolite, où les grands enjeux mondiaux sont incarnés par des personnages venus des pays touchés par le conflit. De plus, la comparaison de séries contemporaines de la guerre froide, avec une série bien postérieure aux événements, montre que la distance temporelle joue un rôle important dans la représentation du conflit. En effet, la représentation la plus dure, la plus noire et la plus violente se trouve dans la série la plus récente. Le temps écoulé donne donc plus de latitude aux intrigues. Les périls propres à cette guerre, ainsi que ses enjeux politiques, moraux et idéologiques, une fois éloignés, peuvent être abordés plus frontalement.

62Dans les années 80, la représentation de la guerre froide est floue. La peur d'une guerre nucléaire reste présente, les progrès technologiques en terme d'armements peuvent inquiéter une partie de la population. Les intrigues ont par conséquent un potentiel polémique plus important. La création d'univers, en léger décalage avec l'actualité et la réalité, donne au spectateur averti la possibilité de combler les trous, et de décrypter les allusions politiques, géographiques et historiques. De plus, le contexte idéologique des années Reagan permet sans doute de ne pas surcharger de discours de propagande les épisodes. Nous avons vu également que le reaganisme transparaît particulièrement dans Scarecrow et Mrs. King où le monde de l’espionnage est le monde des affaires. Ainsi, le spectateur actuel peut être surpris par l'apparente neutralité de la représentation de la guerre froide. En dehors d'un patriotisme simple, et attendu, les différents épisodes étudiés ne comprennent pas de tirades anti-communistes ou d'intrigues mettant en scène un « empire du mal », dernier avatar du totalitarisme. À cet égard, il apparaît toutefois que le ton se durcisse dans les tous derniers moments de la guerre froide, au moment où les tensions américano-soviétiques s'apaisent dans l'actualité du spectateur.

63Ainsi, de manière apparemment paradoxale, plus on s'éloigne du conflit, plus le ton est sérieux : dans The Americans, les personnages sont mis dans des situations impossibles, à la limite de la folie, sans aucune échappatoire envisageable. Au point parfois, peut-être, de mettre en danger le projet « réaliste », pourtant affiché par les créateurs de la série. Le spectateur connaît déjà la fin de l'histoire. Par conséquent, les souffrances et les violences subies dans The Americans peuvent sembler absurdes. D'autant que des personnages défendent le point de vue selon lequel il faut à tout prix maintenir « l'équilibre de la terreur », pour empêcher la fin du monde. La guerre froide doit donc absolument se poursuivre. Ce conflit apparaît comme le dernier rempart contre la guerre « chaude », idée déjà avancée par quelques personnages dans Scarecrow and Mrs. King. La série la plus récente reconstruit le conflit passé en puisant dans des thèmes actuels : la remise en cause de l'image des États-Unis et de ses actions à l'extérieur, la place des réseaux dans la société, les mutations de la famille et de la société de consommation en sont des exemples.

  • 54 David Buxton, Les séries télévisées, Forme, idéologie et mode de production, Paris, L’Harmattan, 20 (...)

64Pour rendre compte des différences observées entre les séries des années 1980 et la série la plus récente, il ne faut pas non plus négliger le contexte de production qui a changé en trente ans. En effet, ce facteur est également déterminant54. The Americans représente bien les séries diffusées sur les chaînes câblées, libérées des contraintes du politiquement correct en matière de sexualité, de violence et de politique. Ces nouvelles séries ont aussi tendance à faire appel à des consultants et des experts, or l’un des créateurs de The Americans est justement un ancien agent de la CIA. Ceci permet donc aussi de rendre compte des évolutions analysées ici dans la représentation de la guerre froide, qui contribuent à faire croire au spectateur que ce qu’il voit est la réalité.

65Cependant, les enjeux propres à la guerre froide semblent aujourd’hui pour l’essentiel résolus (même si des tensions entre la Russie et les États-Unis sont de retour), les relations internationales sont marquées par la « guerre contre le terrorisme », dans le cadre d’un monde multipolaire. C’est pourquoi The Americans semble avant tout être un drame familial. On peut émettre l’hypothèse d’une tendance des scénaristes à utiliser des événements historiques pour mettre en scène des conflits familiaux, comme le montre par exemple Manhattan (WGN America, 2014-2015), qui évoque la mise au point de la première bombe atomique, et le poids du secret sur les familles des scientifiques concernés. Une dernière manipulation des scénaristes de The Americans semble donc le travestissement, non plus des Jennings, mais de la série elle-même : un drame familial déguisé en série d’espionnage.

Haut de page

Bibliographie

Britton Wesley, Spy Television. Westport, Connecticut, Praeger, 2004.

Cantor Muriel B. et Joel M. Cantor, Prime Time Television: Content and Control, 2nd Edition, Newbury Park, CA: Sage, 1992.

Coste Françoise, L'Amérique selon Reagan, Paris, Perrin, 2015.

Cottret Bernard, La Révolution américaine : La quête du bonheur 1763-1787, Paris, Perrin, 2003.

Courrier International, n° 1192, 5 septembre 2013, dossier « Une nouvelle guerre froide »

Delmas Jean, Jean Kessler, Claude d'Abzac-Epezy, Renseignement et propagande pendant la guerre froide, 1947-1953, Bruxelles, Paris, Editions Complexe, 1999.

Doherty Thomas, Cold War, Cool Medium: Television, McCarthyism and American Culture, New York, Columbia University Press, 2003.

Buxton David, Les séries télévisées, Forme, idéologie et mode de production, Paris, L’Harmattan, 2010.

Ericson Staffan, « The Time of Television: Representing, Anticipating, Forgetting the Cold War ».

Froidevaux-Metterie Camille, Politique et religion aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2009, p.105 et suivantes.

Gil Troy, The Reagan Revolution: A Very Short Introduction,‎ Oxford, New York, Oxford University Press, 2009.

Hayward Steven F., The Age of Reagan: The Conservative Counterrevolution: 1980-1989,‎ New York, Three Rivers Press, 2009.

Hertsgaard Mark, “China Coverage: Strong on what, Weak on Why?”, Rolling Stone, 21 septembre 1989, disponible en ligne: http://tsquare.tv/themes/hertsgaard.html (consulté en avril 2016) 

Jost François, De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ?, Paris, CNRS Editions, 2012.

Lardet Didier, Anthologie des séries d’espionnage américaines et britanniques des années 50 à nos jours, Draguignan, Éditions Yris, 2009.

Le Monde avec l’AFP, « Les "espions" russes arrêtés aux Etats-Unis, des citoyens sans histoires ? », Le Monde, 29 juin 2010, http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2010/06/29/les-espions-russes-arretes-aux-etats-unis-des-citoyens-sans-histoires_1380387_3222.html, consulté en mai 2014

Maguire Lori, « Star Wars et la Guerre froide », Lori Maguire, Cyril Buffet, Cinéma et Guerre froide, L’imaginaire au pouvoir, CinémAction N° 150, Editions Charles Corlet, 2014

Massa-Bidal Stéphane, « Composition générique », Entrelacs [Online], HS | 2008, en ligne depuis 2012, consulté en avril 2016 (disponible http://entrelacs.revues.org/258)

Panagiotou Nikos, « The Hunt for Red October: From MacGyver to The Americans». Communication d’une conférence internationale tenue en novembre 2014 (Media and the Cold War)

O.C.D.E., Vers des modes de consommation durables Le point sur les initiatives des pays Membres: Le point sur les initiatives des pays Membres, OECD Publishing, 1998.

Ruins Hans, Andrus Res, Rethinking Time, History, Memory and Representation, Huddinge, Södertörns högskola, 2011. p. 139-152, disponible en ligne sur : https://www.diva-portal.org/smash/get/diva2:482619/FULLTEXT01.pdf

Stewart Bill, « Correspondents Decry Killing of ABC Reporter in Nicaragua », The Evening Independent. Associated Press, 21 juin 1979. Disponible en ligne sur: https://news.google.com/newspapers?id=zxwOAAAAIBAJ&sjid=Tn0DAAAAIBAJ&pg=3035,1019061&dq=bill+stewart+nicaragua&hl=en, consulté le 10 mai 2013.

Stevens Quentin, Franck Karen A., Memorials as Spaces of Engagement : Design, Use and Meaning, New York, Routledge, 2015.

Tréguer Félix, « Feu vert à la surveillance de masse, une résistance multiforme », Le Monde Diplomatique, juin 2015.

Underwood Aubrey, « The Apocalypse will be Televised : Representations of the Cold War on Network Television, 1976-1987», Dissertation, Georgia State University, 2011. Disponible en ligne sur http://scholarworks.gsu.edu/history_diss/27

Wagmeister Elizabeth, « CBS Finds New ‘MacGyver’ in ‘X-Men’ Star Lucas Till », Variety, 21 mars 2016, consultable à l’adresse suivante http://variety.com/2016/tv/news/macgyver-lucas-till-cast-cbs-pilot-1201735332/

Werth Nicolas, Histoire de l’Union Soviétique, PUF (Thémis Histoire), Paris, 1999

Zinn Howard, Une histoire populaire des États-Unis d’Amérique : de 1492 à nos jours, Marseille, Agone, 2002

Haut de page

Notes

1 L’épisode pilote est situé en 1981, première année du premier mandat présidentiel de Reagan.

2 Courrier International, n°1192, 5 septembre 2013, dossier « Une nouvelle guerre froide ».

3 Voir l'article suivant dans Le Monde du 29 juin 2010, consulté en mai 2014 : http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2010/06/29/les-espions-russes-arretes-aux-etats-unis-des-citoyens-sans-histoires_1380387_3222.html .

4 CBS est en train de faire un « reboot » de la série MacGyver, coproduit par R. Scott Gemill et Henry Winkler (producteur de la série originale) ; le réalisateur James Wan fait partie du projet. En mars 2016, le rôle de MacGyver a été officiellement confié à Lucas Till. Voir par exemple, un article récent de Variety : « CBS Finds New ‘MacGyver’ in ‘X-Men’ Star Lucas Till », consultable à l’adresse suivante http://variety.com/2016/tv/news/macgyver-lucas-till-cast-cbs-pilot-1201735332/

5 Le corpus comprend 47 épisodes de Scarecrow and Mrs. King, 24 épisodes de MacGyver et les deux premières saisons de 13 épisodes de The Americans, même si le présent article se concentre surtout sur la première. Pour éviter un corpus trop imposant, les auteurs se ont volontairement limités à l’analyse de cette série, les deux saisons les plus récentes ne sont évoquées que très brièvement.

6 Il s’agit d’entreprises sous contrat avec le ministère de la défense, au sein du « complexe militaro-industriel » ; l’épisode 1.5 présente par exemple le cas d’une entreprise nommée ACM qui développe un satellite espion.

7 L’épisode 2.10, par exemple, met en scène la collaboration de Lee Stetson avec son double du KGB pour empêcher un officier de l’armée rouge de haut rang, rebelle, de faire exploser une bombe atomique à Washington.

8 Ainsi, on trouve trois épisodes où des defectors sont accueillis à Washington, en particulier l’épisode 3.13, où un defense contractor vole des secrets à des scientifiques soviétiques ayant fait défection, pour les revendre à l’armée américaine.

9 La RDA développe secrètement un char d’assaut dans une firme américaine de jouets implantée à Washington dans l’épisode 4.11, par exemple.

10 People like Hadj move around Washington, conducting their business as if they own a franchise or something.” Toutes les traductions sont des auteurs.

11 Françoise Coste, L'Amérique selon Reagan, Paris, Perrin, 2015.

12 Le film d’Oliver Stone, Wall Street, sorti en 1987, est un bon témoin de cette atmosphère.

13 Dans l’épisode 2.13, la secrétaire prise sur le fait en train de trahir s’écrie: « Spare me the “how could-you-Margaret speech”, I did it for a cause I believe in. » (« Epargnez-moi les “comment avez-vous pu Margaret”, j’ai agi pour une cause en laquelle je crois. »)

14 Scarecrow & Mrs King: Complete First Season, Warner Home Video, 2010.

15 Quentin Stevens, Karen A. Franck, Memorials as Spaces of Engagement : Design, Use and Meaning, New York, Routledge, 2015.

16 Marta : « I thought to have blender one day, toaster oven, do you have microwave ? […] I thought to have microwave one day. Things are very different here from what we have at home, or that we don't have at home. I like these things. […] I found out [that they were planning to send me back] and I decided not to go. I like America. »

17 L’expression est employée dans un discours prononcé à Orlando, le 8 mars 1983, devant l’Association nationale des évangéliques, Ronald Reagan évoque les « aggressives impulses of an evil empire ».

18 Lori Maguire, « Star Wars et la Guerre froide », in Lori Maguire, Cyril Buffet, Cinéma et Guerre froide, L’imaginaire au pouvoir, CinémAction N°150, Editions Charles Corlet, 2014.

19 Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis d’Amérique : de 1492 à nos jours, Marseille, Agone, 2002, p. 662

20 Formulé dans la doctrine Truman (1947), il s’agit d’empêcher les progrès du communisme dans le monde.

21 Le programme IDS est évoqué par exemple dans Scarecrow and Mrs. King en 1986 (3.22) ; l’aide apportée aux « combattants des collines » afghans l’est dans la même série en 1983 (3.18) et dans MacGyver en 1986 (1.17), alors que c’est un événement contemporain de la diffusion.

22 Scarecrow & Mrs King : Complete Third Season, Warner Home Video, 2012.

23 Bill Stewart, « Correspondents Decry Killing of ABC Reporter in Nicaragua », The Evening Independent. Associated Press, 21 juin 1979. Disponible en ligne sur: https://news.google.com/newspapers?id=zxwOAAAAIBAJ&sjid=Tn0DAAAAIBAJ&pg=3035,1019061&dq=bill+stewart+nicaragua&hl=en, consulté le 10 mai 2013

24 Nous utilisons ici la notion de François Jost, De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ?, Paris, CNRS Editions, 2012, p. 10 qui évoque la « familiarité de la fiction », qui « [comble] le fossé qui existe toujours entre notre monde et celui de la fiction. »

25 Scarecrow & Mrs King : Complete Fourth Season, Warner Home Video, 2013.

26 Cette description de l’âme russe se retrouve dans 2.13, et dans Scarecrow and Mrs. King (3.13) où un scientifique, ayant fait défection, déclame de la poésie à la mère d’Amanda.

27 Pete : They had you locked in a straight jacket !
Karsov : It's a government, Pete, not Russia ! A government !
MacGyver : Yeah, more people like you around, just about anything could happen, anything.

28 Il s’agit en réalité d’un programme de « parrainage » par correspondance, déjà évoqué en saison 5 (5.7), auquel MacGyver participe délivrant ses conseils à une petite vietnamienne, qui s’est ensuite installée en RPC, l’empêchant de voyager et limitant sa correspondance.

29 L’épisode est diffusé pour la première fois en mars 1989, et l’Arménie est frappée par un séisme le 7 décembre 1988, faisant entre 20 et 30 000 morts, officiellement 0,5 million de personnes se retrouvent sans-abri.

30 Patrick Henry (1736-1799) est surtout connu pour un discours anti-britannique, prononcé en 1775 (« Donnez-moi la liberté ou donnez-moi la mort ! », citation que l’on retrouve dans la bouche du personnage de Youri), partisan de la démocratie directe, franc maçon, opposé à l’esclavage, il joue un rôle politique important en Virginie, voir Bernard Cottret, La Révolution américaine : La quête du bonheur 1763-1787, Paris, Perrin, 2003.

31 Dans la saison 1 uniquement, MacGyver s’échappe de Hongrie dans 1.3, de Berlin-Est dans 1.12 (en jet-ski !), de RDA dans 1.15 (sur le capot d’une voiture lancée à vive allure dont il répare les freins), de Bulgarie dans 1.16, et d’Afghanistan dans 1.17.

32 « Glasnost » signifie « transparence », ce principe doit être appliqué dans la vie politique, et permet notamment la liberté d’expression (voir Nicolas Werth, Histoire de l’Union Soviétique, PUF (Thémis Histoire), Paris, 1999) ; le même cas d’une libération grâce à cette politique est présenté dans Scarecrow and Mrs. King (4.1, diffusé pour la première fois en septembre 1986).

33 Le général: « As for the Glasnost, I don't agree with the current soviet administration: this new openness... weak, foolish, impractical. » («En ce qui concerne la Glasnost, je ne suis pas d’accord avec l’administration soviétique actuelle. Cette nouvelle politique d’ouverture … léger, déraisonnable, ingérable. »)

34 L’épisode 3.12 est diffusé pour la première fois en janvier 1988.

35 Cet épisode est diffusé pour la première fois en octobre 1990, le mois même de la signature du Traité 2+4 qui officialise la réunification allemande.

36 Voir Mark Hertsgaard, “China Coverage: Strong on what, Weak on Why?”, Rolling Stone, 21 septembre 1989, disponible en ligne: http://tsquare.tv/themes/hertsgaard.html (consulté en avril 2016) 

37 M. Cantor, J. Cantor, Prime Time Television: Content and Control, 2ndEdition, Newbury Park, CA: Sage, 1992

38 Le créateur de la série, Joe Weisberg, est lui-même un ancien agent de la CIA.

39 Notons simplement que la saison 3 aborde la guerre en Afghanistan et la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, et la saison 4 l’utilisation des armes biologiques.

40 Stéphane Massa-Bidal, « Composition générique », Entrelacs [Online], HS | 2008, en ligne depuis 2012, consulté en avril 2016 (disponible http://entrelacs.revues.org/258)

41 Le schéma suivant a été réalisé par Julie Richard, à partir du dépouillement systématique de la première saison de The Americans.

42 En réalité, Philip et Elizabeth ne sont pas mariés légalement. L’épisode 1.12 (The Oath) évoque cette absence de cérémonie pour évoquer un engagement incomplet entre les deux partenaires du KBG.

43 La rezidentura est le bureau du KGB à l’ambassade d’URSS à Washington.

44 Terme utilisé pour désigner les agents infiltrés sur le territoire américain.

45 Le superviseur de Beeman, Gad, lui demande : « Had she had you for breakfast ? », 1.7; cette métaphore s’applique ici à Nina, mais elle peut tout aussi bien désigner toute relation adultère.

46 La « religion civile » est un ensemble de cérémonies et de symboles qui doit unir les Américains autour de l’idée d’une nation guidée par Dieu, sans faire référence à une religion particulière. Elle permet d’associer patriotisme et religion, voir Camille Froidevaux-Metterie, Politique et religion aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2009, p.105 et suivantes.

47 Françoise Coste, L'Amérique selon Reagan, Paris, Perrin, 2015.

48 À la différence de Scarecrow and Mrs. King et de séries d’espionnage plus récentes comme Alias (ABC, 2001-2006) ou Covert Affairs (USA Network, 2010-2014), la sexualité est utilisée comme une arme, et consommée à l’écran. Phillip et Elizabeth se servent de leur corps pour consolider des contacts, ou les faire chanter.

49 À cet égard, l’affaire Snowden révélant les écoutes généralisées de la NSA est archétypale. Voir par exemple un article récent : Félix Tréguer, « Feu vert à la surveillance de masse, une résistance multiforme », Le Monde Diplomatique, juin 2015.

50 L’image d’une famille dysfonctionnelle dans un contexte de Guerre Froide se retrouve dans Alias, série évoquée plus haut, le rideau de fer sépare cette fois-ci Jack Bristow et son épouse Laura/Irina, une espionne au service de l’URSS.

51 Camille Froidevaux-Metterie, op. cit., p. 3 : « à rebours de la plupart des nations occidentales, les États-Unis se seraient soustraits au processus de sécularisation pour présenter le cas unique d’une démocratie ayant intégré la religion dans la sphère publique. »

52 Dès 1950, le Congrès mondial des partisans de la paix, influencé par l’URSS, lance « l’appel de Stockholm », dénonçant le risque nucléaire, voir Marc Lazar, « Idéologie et propagande des partis communistes français et italiens durant la guerre froide », in Jean Delmas, Jean Kessler, Claude d'Abzac-Epezy, Renseignement et propagande pendant la guerre froide, 1947-1953, Bruxelles, Paris, Editions Complexe, 1999.

53 O.C.D.E., Vers des modes de consommation durables Le point sur les initiatives des pays Membres: Le point sur les initiatives des pays Membres, OECD Publishing, 1998.

54 David Buxton, Les séries télévisées, Forme, idéologie et mode de production, Paris, L’Harmattan, 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Deux exemples de monuments patriotiques introduisant des séquences de l’épisode 1.19
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 2. Une géographie imaginaire de la Guerre froide
Légende Cette carte thématique a été constituée à partir du dépouillement systématique des épisodes du corpus, pour reconstituer la géographie de la Guerre froide dans les deux séries des années 1980 étudiées.
Crédits Cartographie : Jean Gallix
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1832/img-2.png
Fichier image/png, 459k
Titre Figure 3. Le mélange entre images d’actualité au contexte flou et images de fiction (épisode 3.10)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1832/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 4. Le logo de « l’Agence » rappelle celui de la CIA (4.4)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1832/img-4.png
Fichier image/png, 331k
Titre Figure 5. MacGyver et une dissidente s’échappent d’un consulat grâce à une tyrolienne improvisée (5.7)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1832/img-5.png
Fichier image/png, 182k
Titre Figure 6. Un flash-back en noir et blanc dramatise le passage meurtrier de la frontière entre la RDA et la RFA (6.5)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1832/img-6.png
Fichier image/png, 182k
Titre Figure 7. Les symétries et les réseaux de relations entre les personnages dans la saison 1 de The Americans
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1832/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 8. Le jeu de symétrie brouille les repères idéologiques dès le générique avec l’utilisation du split screen
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1832/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 9. La séquence finale de la première saison : les soupçons de Paige (1.13)
URL http://tvseries.revues.org/docannexe/image/1832/img-9.png
Fichier image/png, 257k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Richard et Georges Caron, « Guerre froide/ guerres froides : les représentations de l’opposition américano-soviétique dans Les Deux font la paire (Scarecrow and Mrs. King, CBS, 1983-1987), MacGyver (ABC, 1985-1992) et The Americans (FX, 2013-) », TV/Series [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://tvseries.revues.org/1832 ; DOI : 10.4000/tvseries.1832

Haut de page

Auteurs

Julie Richard

Julie Richard est professeure agrégée d'histoire au Lycée Galilée (Cergy-Pontoise, Val d'Oise). Elle a soutenu un mémoire de Master 1 sur La représentation des Anciens Combattants de la Grande Guerre dans les films français de fiction, 1919-1989 (2002). La mise en place d’un atelier pédagogique sur la représentation de la peine de mort dans les séries télévisées américaines, en collaboration avec Georges Caron, les a amenés à travailler sur les séries télévisées en général. En 2016, elle a soutenu, son Master 2 sur « la représentation de l’exécution dans les séries télévisées américaines de 1952 à 1977 » à l’université de Picardie Jules Verne, sous la direction de Marjolaine Boutet.

Articles du même auteur

Georges Caron

Georges Caron est professeur certifié d'histoire-géographie au Lycée Alfred-Kastler (Cergy-Pontoise) et au Lycée de la Nouvelle Chance. Spécialiste de la Sicile médiévale, passionné par les séries télévisées, il travaille régulièrement en collaboration avec Julie Richard.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo GRIC - Groupe de recherche identité culture
  • Logo Université Le Havre
  • Logo Laboratoire du LARCA
  • Logo Université Paris Diderot
  • Les cahiers de Revues.org