Navigation – Plan du site

L’imaginaire apocalyptique et son réinvestissement dans Battlestar Galactica de Ronald D. Moore: du piège des prophéties à la quête de liberté

Marie-Lucie Bougon

Résumés

Il s’agira d’explorer, dans la série Battlestar Galactica de Ronald D. Moore, le réinvestissement des motifs apocalyptiques, résolument modernisés, afin de mettre en lumière la façon dont l’œuvre oscille entre un goût prononcé pour les oracles et une recherche constante d’affranchissement. On se penchera tout d’abord sur le jeu référentiel complexe qui se tisse entre la série et les textes bibliques, puis sur la réactualisation de ces motifs apocalyptiques traditionnels et sur la démultiplication des figures messianiques, avant d’aborder la conclusion de la série, une trajectoire vers l’abandon de toutes les prophéties.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alex Nikolavitch, Apocalypses ! Une brève histoire de la fin des temps, Lyon, Les Moutons électriqu (...)

1L’imaginaire apocalyptique / post-apocalyptique est bien connu de la science-fiction, et a, dès les débuts du genre, été réinvesti par les œuvres romanesques et par leurs fréquentes adaptations cinématographiques. Ces dernières années, pourtant, c’est dans les productions télévisuelles qu’il s’est fait le plus fécond : comme l’écrivait Alex Nikolavitch en 2012 : « l’apocalypse sera télévisée1. » Une recrudescence de séries se déroulant pendant ou après un important cataclysme a récemment pu être constatée sur les écrans. Explosions nucléaires, invasions extraterrestres, attaques de zombies, catastrophes naturelles, pandémies... Les possibilités sont nombreuses, mais offrent souvent des lignes scénaristiques similaires : le spectateur suit un petit groupe humain dans sa quête de survie, voire dans la réorganisation d’une société nouvelle, au sein d’un univers hostile dans lesquelles les lois du monde civilisé ont été abolies. On pourra mentionner, pour ne citer que les plus récentes, Falling Skies, produite par Steven Spielberg et diffusée sur la chaîne TNT de juin 2011 à août 2015, qui a pour thème une invasion extraterrestre particulièrement destructrice, The Walking Dead, créée par Frank Darabont et Robert Kirkman, diffusée sur AMC depuis octobre 2010, récit d’une apocalypse zombie, Revolution, réalisée par Eric Kripke (NBC, septembre 2012-mai 2014), qui s’inspire de Ravage de Barjavel, ou encore The 100 de Jason Rothenberg (sur CW depuis mars 2014), tirée du roman éponyme de Kass Morgan, qui présente une humanité exilée dans l’espace après une guerre nucléaire. En commençant par le génocide déclenché par les Cylons contre les humains, Battlestar Galactica s’inscrivait déjà dans cette lignée, son récit se concentrant sur les survivants de l’humanité après le cataclysme.

2Cette rencontre entre les récits apocalyptiques et la science-fiction n’a rien de surprenant, dans la mesure où les deux genres relèvent du registre prophétique. A l’instar des rédacteurs des apocalypses sacrées, les auteurs et scénaristes de science-fiction construisent des futurs possibles. Cependant, il s’agit la plupart du temps de projections fondées sur l’exercice de la raison : le ou la scénariste réfléchit le plus souvent aux dérives potentielles d’une technologie (comme le clonage dans Orphan Black, série créée par Graeme Manson et John Fawcett, diffusée sur Space depuis mars 2013) ou à l’explosion d’un modèle social et ses conséquences logiques (The Walking Dead, Revolution…), au lieu de proposer une révélation de l’ordre du divin sur l’avenir de l’humanité.

3C’est justement en cela que Battlestar Galactica de Ronald D. Moore (Syfy, 2003-2009) s’avère résolument différente des autres productions télévisuelles: l’univers développé par la série ne repose pas tant sur des postulats scientifiques ou fictionnels raisonnables que sur le jeu des prédictions, des oracles et des interrogations concernant la foi. Bien que la science et la raison sachent y trouver leur place, la série plonge souvent les téléspectateurs dans le pur domaine du sacré. Elle dépasse, ce faisant, le simple récit de survivance après un cataclysme et apporte une solution nouvelle au désastre annoncé de la fin des temps.

4Il convient de préciser ici que les apocalypses constituent un corpus très divers : si l’on connaît surtout le texte attribué à saint Jean, intégré au Nouveau Testament canonique, il existe une multiplicité de récits d’ordre apocalyptique, ne serait-ce qu’au sein de la Bible : le Déluge, bien entendu, ou encore les écrits d’Isaïe, de Jérémie, d’Ézéchiel, de Daniel, de Joël, de Zacharie et de Sophonie, qui annoncent l’heure du jugement, le moment où Dieu descendra sur la Terre pour en chasser les impurs. De nombreux textes apocryphes judéo-chrétiens viennent s’ajouter à cette liste, comme l’apocalypse d’Esdras, et l’on trouve aussi plusieurs passages aux enjeux similaires dans le Coran (on peut citer, par exemple, les sourates 21, 41, 44 ou encore 84). Il existe également des récits apocalyptiques européens (comme les Prophetiae Merlini de Geoffroy de Monmouth ou le mythe scandinave du Ragnarök) et asiatiques (le mappō de la tradition bouddhiste.) C’est cependant le corpus judéo-chrétien qui est le plus souvent réinvesti par la série de Ronald D. Moore, et les références bibliques ne cessent de se tisser au fil des épisodes de Battlestar Galactica, donnant à l’œuvre une véritable dimension théologique.

Un jeu d’échos

  • 2 Sylvaine Bataille, « Les pièges du temps : la réappropriation de l’Antiquité gréco-latine dans Batt (...)
  • 3 « Alors une énorme masse embrasée, comme une montagne, fut projetée dans la mer, et le tiers de la (...)
  • 4 Traduction personnelle. Citation originale : « Look at those clouds, Sharon, look at those clouds a (...)

5C’est, tout d’abord, grâce à un réseau de choix esthétiques que Battlestar Galactica se présente comme une apocalypse rénovée. De nombreuses références visuelles et symboliques aux textes sacrés s’échelonnent au fil des épisodes, permettant à la série, comme le remarque justement Sylvaine Bataille, d’établir un « équilibre entre étrangeté et familiarité2. » Dès l’épisode pilote, l’attaque nucléaire qui décime les Douze Colonies, montrée à grands renforts d’effets spéciaux, rejoint la dimension spectaculaire du texte de saint Jean : séismes, grêle, pluie de feu, paysages calcinés… La scène s’avère très fidèle au récit d’origine en ce qui concerne le déroulement du cataclysme. Le nuage atomique noircit la clarté du jour, les végétaux sont consumés, le déferlement des bombes s’apparente aux chutes d’étoiles ardentes du texte biblique, les effets néfastes des radiations rappellent les eaux empoisonnées. La destruction d’une grande partie des vaisseaux de la flotte, désactivés mystérieusement à l’approche des Cylons, se fait l’écho des navires engloutis mentionnés par saint Jean au moment de l’ouverture du septième sceau3 (les sagas de science-fiction associent en effet les vaisseaux spatiaux à une forme de nouvelle marine militaire – on pense notamment aux nombreux amiraux qui interviennent dans Star Wars.) Les références sont nombreuses et l’impact visuel s’avère particulièrement violent, notamment dans la scène où deux lieutenants de la flotte, Helo et Boomer, s’arrêtent un moment sur Caprica en plein désastre : l’écran se trouve saturé de champignons atomiques et de luminosité crépusculaire, d’un orange peu naturel. La réplique du copilote, Helo, est d’ailleurs sans équivoque : « Regarde ces nuages, Sharon, regarde ces nuages et dis-moi que ce n’est pas la fin de tout4». Certes, la guerre technologique a remplacé l’accumulation des catastrophes naturelles, mais le cataclysme du récit apocalyptique est bien visuellement présent.

  • 5 « Or ces sauterelles, à les voir, font penser à des chevaux équipés pour la guerre ; sur leur tête (...)
  • 6 Daniel, 8.1 à 8.27, Th.-G. Chifflot (éd.), La Bible de Jérusalem, p. 1535-1537.

6Le jeu symbolique se poursuit avec l’apparition de nouveaux tourments envoyés aux Coloniaux : on pense, en particulier, aux centurions cylons, dont le corps métallique puissant aux doigts fins rappelle d’étranges insectes, et évoque ainsi les sauterelles aux visages d’homme et aux cuirasses de fer décrites par le prophète5. Quant aux chasseurs cylons, vaisseaux de guerre légers et extrêmement meurtriers, ils présentent d’indubitables similitudes graphiques avec la Bête de l’Apocalypse, toujours décrite comme cornue et monstrueuse. Chez saint Jean, cette Bête est dépeinte comme ayant sept têtes et dix cornes, et dans la plupart des textes apocryphes juifs et chrétiens, elle est associée au bouc. Dans les prophéties de Daniel, deux animaux cornus, le bouc et le bélier, représentent respectivement des rois qui persécuteront les justes6. Pour les Scandinaves, c’est le dieu Fenrir qui tient le rôle de la Bête, un loup terrifiant aux yeux écarlates. Observons les similitudes qui existent entre ces descriptions diverses de la Bête et les vaisseaux cylons cornus au regard rougeoyant.

7Une autre figure importante des apocalypses sacrées trouve également son double dans Battlestar Galactica : la grande prostituée décrite par saint Jean comme une femme habillée de pourpre, portant sur son front le nom de la cité corrompue de Babylone. Impossible de ne pas retrouver, dans cette description, le modèle n°6 qui apparaît, dès la première scène du pilote, vêtue de son emblématique robe rouge, telle une femme fatale, une « vamp » venue offrir un baiser annonciateur de mort. Son rôle dans la série, toujours associé à la séduction, permet également de faire ce rapprochement. Le cas de Caprica 6, premier individu apparu chez les Cylons, présente des caractéristiques intéressantes : en se rebellant contre les siens, elle peut représenter, pour son peuple, la grande prostituée, celle qui incarne l’ennemi et toutes ses valeurs impures. Renommée d’après la capitale des Colonies, elle porte, elle aussi, le nom de la civilisation corrompue. Ces divers choix esthétiques, évoquant de façon indirecte le texte bien connu de saint Jean, permettent d’instaurer une impression de « déjà-vu » chez les téléspectateurs en rappelant insidieusement des images bibliques au sein d’un univers pourtant résolument moderne.

  • 7 Sylvaine Bataille, op. cit., p. 94.

8Cette impression de « familiarité légèrement distordue7 » entretenue par le réseau référentiel tend peu à peu vers une dramatisation à travers la prépondérance des chiffres. L’apocalypse de saint Jean et les apocryphes accordent une grande importance à des nombres récurrents : sept églises d’Asie, sept sceaux, quatre cavaliers, quatre anges, douze tribus d’Israël, cent-quarante-mille justes sauvés, etc. Battlestar Galactica joue également avec une succession de chiffres symboliques : les Douze Colonies, correspondant aux douze signes du zodiaque, s’opposent aux douze modèles cylons ; la présidente Roslin reçoit la vision de douze serpents : on retrouve ici les douze tribus d’Israël. Autre chiffre d’importance : celui des quatre cavaliers de l’Apocalypse, que rappellent les fameux final five (qui ne sont, avant la réapparition d’Ellen, qu’au nombre de quatre.) Les final five sont d’ailleurs ceux qui ont choisi d’exterminer les Colonies : tout comme les cavaliers, ils sont des instruments de destruction, chargés d’éliminer les impurs. Jusqu’ici, les chiffres ne semblent représenter qu’un élément esthétique supplémentaire destiné à entretenir l’impression de familiarité analysée par Sylvaine Bataille. Mais la série joue plus intelligemment sur ces nombres symboliques par l’intermédiaire du personnage de Laura Roslin, qui entretient une véritable obsession pour le nombre précis des survivants de la flotte, tout d’abord au nombre de 50 298 (moins que les 140 000 justes sauvés dans le récit de saint Jean.) Ce nombre est en constante évolution au cours de la série, et on le voit d’ailleurs décroître, au fil des épisodes, sur le tableau blanc de la présidente, comme une sorte de compte à rebours vers le néant, vers la disparition de l’humanité. Cette décroissance progressive tend à mettre en place une illusion de temps réel, comme si l’espèce humaine s’éteignait à petit feu, sous le regard captif des téléspectateurs. Plus qu’un simple jeu d’échos, il s’agit ici d’une montée en intensité, d’une progression dramatique mêlant le sacré à la fiction.

Une apocalypse moderne aux peurs revisitées

  • 8 Henry Rousso, « L’épuration en France : une histoire inachevée », dans Vingtième siècle, revue d’hi (...)
  • 9 Citation originale : « Vichy France, Vietnam, the West Bank and Various Other Occupations », in Dav (...)

9Au-delà de ces faisceaux de références, la série télévisée de Ronald D. Moore développe un récit apocalyptique entièrement renouvelé à la lumière des préoccupations contemporaines. Le texte de saint Jean proposait en effet une énumération conséquente des peurs des hommes des temps anciens, relevant souvent des catastrophes naturelles : incendies, séismes, tempêtes maritimes, invasions de sauterelles, orages violents ou maladies mortelles. Battlestar Galactica, produit du xxie siècle, s’empare de frayeurs plus modernes, et souvent inspirées par les événements tragiques de l’histoire récente, et en particulier de la seconde guerre mondiale : dès l’épisode pilote, comme on l’a vu, les spectateurs sont confrontés à la violence d’un génocide. Convaincus de leur suprématie, les Cylons dédaignent les messages de paix et de reddition transmis par les Coloniaux, ne désirant que l’anéantissement total d’« une race et d’une civilisation », d’après les mots du commandant Adama. A ceci s’ajoute la présence de la guerre nucléaire : les images terrifiantes de Caprica ravagée par les champignons atomiques résonnent de façon amère avec la destruction d’Hiroshima et de Nagasaki. La découverte de la treizième colonie, planète en ruines que les radiations ont rendue inhabitable, rappelle encore cette peur nucléaire, toute récente dans l’histoire de l’humanité : les « étoiles ardentes » ne sont plus de simples manifestations de la foudre. Les événements survenus sur New Caprica peuvent également être interprétés dans cette mesure, puisque la planète, placée sous occupation cylon, comporte aussi ses luttes intérieures, ses résistants et ses « collabos ». Certains humains rejoignent en effet la milice cylon quand d’autres organisent la lutte contre l’envahisseur. L’arrivée en force du Galactica et du Pegasus, organisée en partenariat avec la résistance intérieure, dédouble habilement le débarquement de juin 1944, bien que les vaisseaux spatiaux remplacent les barges. D’autant que l’épisode de New Caprica ne se conclut pas tout de suite : on se souvient, après le sauvetage, de la constitution d’un tribunal non officiel chargé de juger les anciens « collabos » et de les précipiter dans l’espace (saison 3, épisode 5, Collaborators), les traitant avec une violence qui rappelle « l’épuration dite sauvage8 » ayant suivi la libération, période pendant laquelle les personnes soupçonnées d’avoir fourni de l’aide aux forces allemandes ont subi de violentes persécutions, et qui ne prend fin, en France, qu’après les trois amnisties (prononcées respectivement en 1947, 1951 et 1953.) C’est exactement ce que fait Laura Roslin à la fin du même épisode, une fois rétablie à la présidence des Colonies : proclamer une amnistie totale pour tous les crimes commis pendant l’occupation cylon. Ces références nombreuses à l’histoire du xxe siècle ont d’ailleurs été revendiquées explicitement par Ronald D. Moore, qui cite « la France de Vichy, le Vietnam, la Cisjordanie et plusieurs autres occupations9 » comme autant de sources d’inspiration pour Battlestar Galactica.

  • 10 Lori Maguire, « Why Are We as a People Worth Saving ? Battlestar Galactica and the Global War on Te (...)
  • 11 Donna Spalding Andréolle, « Echoes of the “War on Terror” and Post 9-11 Culture in Battlestar Galac (...)
  • 12 Citation originale : « Among the post-9/11 fears that BSG reanimates is the fear of an enemy that l (...)

10Le cataclysme redouté n’est donc plus, ici, le seul fait de la nature : comme le montrent les nombreuses allusions aux conflits du xxe siècle, c’est l’homme qui est désormais capable d’orchestrer sa propre destruction, de générer sa propre apocalypse. Ce ne sont plus les éléments naturels qui sont craints dans Battlestar Galactica, mais l’humanité elle-même, son appétit pour la guerre et la violence. De nombreux critiques, comme Lori Maguire10 ou encore Donna Spalding-Andréolle11 ont d’ailleurs pointé la manière dont la série a pu entrer en résonnance avec la War on Terror entamée par le gouvernement Bush à la suite des événements du 11 septembre. En effet, la violence des Cylons à l’encontre de l’humanité est avant tout guidée par leur fanatisme religieux, et leur quête de destruction s’apparente fortement à une guerre sainte. L’attaque des Colonies, survenue sans préavis ni demandes particulières, peut ainsi évoquer de manière très forte les attentats du 11 septembre 2001. D’autant que la mise en scène du terrorisme religieux ne s’arrête pas à l’épisode pilote : deux attentats suicides sont montrés à l’écran, l’un dans les couloirs du Galactica, l’autre sur le vaisseau Cloud 9. Comme le remarque Luke Howie, le fait même que les Cylons puissent adopter une apparence humaine entre dans le champ des craintes qui ont suivi les attentats : « parmi les peurs post-11 septembre que Battlestar Galactica réactive se trouve le fait que les ennemis nous ressemblent, qu’ils se cachent en pleine lumière12. »

  • 13 John Kenneth Muir, « SALTed Popcorn : the Original Battlestar Galactica in Historical Context », Ba (...)

11Mais les Cylons ne s’assimilent pas seulement au terrorisme. John Kenneth Muir compare le fonctionnement de la société cylon au modèle communiste, et parle même de « Cylon-Soviet metaphor13. » La crainte du Cylon rejoindrait ainsi la peur du communisme éprouvée par la nation américaine tout au long de la guerre froide. Au-delà, les Cylons semblent surtout cristalliser la peur des avancées scientifiques, de la robotique comme du clonage. Leur civilisation, qui prône l’uniformité et démultiplie les visages similaires, met en évidence le risque de la perte d’identité à laquelle peuvent conduire les dévoiements de la technologie. Tous ces exemples permettent de montrer que les peurs, depuis l’apocalypse de saint Jean, ont changé de façon radicale : ce n’est plus l’instabilité de la nature qui est crainte, mais celle de l’homme lui-même, de sa propension à la violence et de ses progrès scientifiques utilisés pour la destruction. Battlestar Galactica montre ainsi que l’humanité a cessé de redouter son environnement pour désormais se craindre elle-même. L’apocalypse échappe désormais à la nature pour devenir une affaire résolument humaine.

Messies et oracles : une multiplicité de sauveurs

  • 14 Bataille, op.cit, p. 101.

12Les apocalypses sacrées contiennent deux rôles primordiaux et distincts : celui du prophète, qui reçoit la vision apocalyptique et l’écrit, et celui du messie, qui sauve les justes du cataclysme et leur offre la terre promise. Les apocalypses juives et chrétiennes suivent strictement ce modèle ; le Ragnarök nordique comporte également une prophétesse, la Völva ; et les récits asiatiques ont leur sauveur, le nouveau Bouddha. Dans Battlestar Galactica, il est étonnant de constater la démultiplication constante de ces deux rôles, qui sont même parfois confondus et que de nombreux personnages peuvent jouer à un moment de leur vie. Le premier protagoniste à la fonction prophétique est Laura Roslin, qui est sujette à des visions correspondant aux écritures de la Pythie. Elle se fait à la fois prophétesse et sauveur, puisqu’elle incarne le fameux « chef mourant » qui emmènerait l’humanité en terre promise avant de succomber. Laura Roslin occupe ainsi une fonction double : elle s’inspire des écritures et de ses propres visions pour retrouver la première Terre (la carte trouvée sur Kobol, l’œil de Jupiter, la nébuleuse du lion…), et conduit ensuite son peuple vers la seconde avant de décéder de son cancer du sein. Le personnage de Gaïus Baltar, marqué lui aussi d’éléments prophétiques, est infiniment plus ambigu : le spectateur ne peut en effet que s’étonner de le voir, au fil des épisodes, se transformer en leader religieux monothéiste, après une vie passée à suivre ses seuls intérêts personnels. Ce changement, pourtant, est amorcé par les visions qu’il reçoit du modèle n°6, qui est, d’après ses propres mots, un ange envoyé par Dieu pour l’aimer et le protéger (saison 2, épisode 7, « Home, part 2 »). Ainsi, après avoir trahi les Colonies en offrant les secrets de la défense nationale aux Cylons, Gaïus Baltar devient un modèle de piété, prêchant, sur le Galactica, des paroles de bienveillance, d’acceptation et de pardon, qu’il diffuse via une fréquence radiophonique. Cette importante métamorphose n’est bien entendu pas dénuée d’ambiguïtés, et l’on continuera à se demander, tout au long de la série, si Gaïus Baltar ne profite pas tout simplement de ses qualités d’orateur pour manipuler et mettre à son service son assemblée de fidèles, principalement constituée de femmes. Sylvaine Bataille associe Gaïus Baltar à une figure christique14, mais sa trajectoire semble plutôt évoquer celle de saint Paul de Tarse : rappelons que ce dernier, d’après les écrits religieux, aurait passé une partie de sa vie à persécuter les chrétiens, avant d’être sujet à une vision divine et de s’employer à fonder des églises. Le parcours de Gaïus, comme celui de saint Paul, serait une destinée rédemptrice. Si Laura Roslin est le prophète des seigneurs de Kobol, Gaïus est indubitablement celui du Dieu unique.

13Les rôles de prophètes ne se limitent pourtant pas aux Coloniaux : on en découvre tout autant parmi les Cylons. D’Anna, le modèle n°3, assiste ainsi à la révélation des final five dans le temple de Jupiter (saison 3, épisode 11, « The Eye of Jupiter »), avant d’être désactivée par ses pairs car détentrice d’un savoir interdit. Mais elle n’est pas le seul exemple de Cylons doués de seconde vue : les hybrides des vaisseaux-mères émettent en effet un flot de paroles énigmatiques, truffé de symboles mystérieux et de prédictions. Samuel Anders, après sa blessure par balle et son rattachement à un vaisseau, tiendra d’ailleurs des propos semblables. Seul Leoben, le Cylon n°2, attache de l’importance aux paroles des hybrides et tente de les décrypter ; il est d’ailleurs lui-même un prophète en proie à des visions, qui délivre fréquemment des discours d’ordre religieux. Dès le pilote, alors que sa véritable identité n’a pas encore été révélée, il suggère au commandant Adama que Dieu aurait pu décider d’octroyer une âme aux Cylons afin de punir les hommes de leurs nombreux péchés. Mais c’est surtout dans son obsession pour Kara Thrace que Leoben se révèle un véritable visionnaire : Starbuck serait, d’après lui, la clé de tout ; et sur ce point la série lui donnera raison.

  • 15 Traduction personnelle. Citation originale : « To know the face of God is to know
    madness ». (Saison (...)

14Le duo formé par Kara et Leoben est particulièrement intéressant dans son rapport à la folie : Leoben écoute les hybrides considérés comme déments, et Kara est, depuis le début de la série, montrée comme un personnage cyclothymique, instable, alternant entre des périodes de dépression profonde, des moments d’arrogance, des crises de rage et des fous rires inexpliqués. Dès leur première rencontre, Leoben affirme d’ailleurs à Kara que « connaître le visage de Dieu, c’est connaître la folie15 », paroles qui seront répétées par D’Anna dans le temple de Jupiter, et qui s’accordent avec certaines croyances kabbalistes : entendre ou lire le nom de Dieu conduirait à la démence. Kara et Leoben seraient donc, tous deux, particulièrement proches de l’ordre divin, alors même qu’ils prêchent des religions opposées, polythéisme colonial et monothéisme cylon. Comme dans l’apocalypse de la tradition musulmane, des personnages aux croyances différentes, Issa (Jésus) et le Mahdi, marchent côte à côte pour mener le peuple vers sa rédemption. Kara, en effet, accumule les échecs pour retrouver la treizième colonie, jusqu’à ce que Leoben la rejoigne ; le couple doit être réuni pour servir de guide.

  • 16 Geoff Ryman, « Adama and (Mitochondrial Eve): A Foundation Myth for White Folks », Investigating Fl (...)

15Tout comme celui de Laura Roslin, le personnage de Kara cumule les fonctions prophétiques et messianiques : elle est, à l’instar de Jésus, un personnage ressuscité. Au cours de la troisième saison, en proie à une véritable pulsion mortifère, elle se jette volontairement dans un maelström, et se trouve dès lors considérée comme morte. Quelques mois plus tard, elle revient sur le Galactica persuadée d’en être partie seulement quelques heures auparavant. C’est après cet incident qu’elle affirme entendre l’appel de la Terre, et commence à tracer le dessin de l’œil de Jupiter, supernova en formation qui délivrera un indice sur le chemin à suivre. Mais la découverte de la première Terre, comme on le sait, ne sauvera personne : la planète est dévastée et inhabitable. On retiendra seulement que Kara y découvre, dans un viper brisé, son propre cadavre : l’association avec la figure christique devient alors une évidence. C’est d’ailleurs grâce à son obsession pour un morceau de musique, joué par son père, qu’elle trouve les coordonnées de la terre promise. Si Geoff Ryman, dans « Adama and (Mitochondrial Eve) : A Foundation Myth for White Folks16 » a pu trouver cette résolution trop facile, elle s’accorde néanmoins parfaitement avec la fonction symbolique de sauveur qui est dévolue à Kara tout au long de la série. La disparition mystérieuse de Kara achève d’accomplir le rôle messianique et s’apparente à l’ascension décrite par le Nouveau Testament : l’élévation du Christ vers le ciel.

La fin des prophéties

16 Si les apocalypses judéo-chrétiennes délivrent des prédictions cataclysmiques, elles sont, avant toute chose, les récits d’une guerre de religion. Le texte de saint Jean, tout comme ceux des auteurs qui l’ont suivi ou précédé, est une œuvre propagandiste, qui prédit une destinée abominable aux païens dans le but de les mener vers la soumission au Dieu unique. Les adorateurs des idoles sont d’ailleurs cités à de nombreuses reprises dans le texte : il y est fait mention de Ba’al, ou encore de sa prêtresse Jezabel … C’est contre tous ces infidèles que se déchaîne la fureur de Dieu, là où les justes sont sauvés. Battlestar Galactica, ici, se détache de cette conception univoque : loin de présenter la victoire d’une religion sur une autre, la série affirme au contraire que la solution réside dans l’union des deux peuples, des Cylons monothéistes et des Coloniaux païens. Leur opposition finit en effet par apparaître, au terme de la série, comme profondément illusoire. Les Cylons, bien que priant un Dieu d’amour, ne connaissent pas ce sentiment, qui n’entre pas dans leur programmation. C’est seulement au contact de l’humanité qu’ils s’avèrent à même de le ressentir : Caprica 6 tombe amoureuse de Gaïus Baltar, Boomer de Galen Tyrol (qu’elle croit humain à cette époque), et Athéna du lieutenant Agathon. C’est cette dernière union qui est, bien sûr, la plus signifiante, puisqu’elle aboutit à la conception d’un enfant, Héra. C’est d’ailleurs en étreignant cette dernière que D’Anna connaît enfin l’amour. Les Cylons se trouvent ainsi confrontés à un important paradoxe : c’est en s’unissant aux païens qu’ils parviennent à comprendre le véritable message de Dieu.

17 Ce sont bien entendu les personnages d’Athéna et d’Héra qui symbolisent le mieux cette réconciliation finale. Athéna, au carrefour des deux mondes, évoque le personnage de la mère dans l’apocalypse d’Esdras, laquelle meurt pour laisser place à la nouvelle Jérusalem (Athéna, certes, ne décède pas, mais le fait d’être enceinte a mis sa vie en danger.) Héra, quant à elle, est bien entendu l’incarnation authentique de cette nouvelle Jérusalem, de la terre promise. Elle possède, d’ailleurs, des dons singuliers : c’est elle qui trace la partition du morceau que cherche à retrouver Kara, et qui sera la clé des coordonnées spatiales de la nouvelle Terre. Son sang détient également des propriétés curatives incroyables, comme si l’union des peuples était une forme de remède universel, de panacée. Dans l’épisode final, l’ellipse révélant qu’Héra correspondrait à Lucy, mère de l’espèce humaine, est l’aboutissement de ce message de réconciliation et d’espoir. Contrairement aux apocalypses sacrées, Battlestar Galactica n’offre ni vainqueur, ni révélation sur la vérité divine : seul subsiste un message d’acceptation et de dépassement des différences dans un espoir commun.

  • 17 Florent Favard, « “It’s in the frakkin’ ship!” La réflexivité musicale au service du récit dans Bat (...)
  • 18 Howard Sounes, Down the Highway : The Life of Bob Dylan, Grove Press, 2001.
  • 19 Citation originale : « The same thing is true of the song "All Along the Watchtower", which opens u (...)

18La chanson de Bob Dylan, All Along the Watchtower, utilisée dans la série comme le leitmotiv des final five et source des coordonnées de la Terre, est d’ailleurs l’un des indices menant vers cette révélation ultime. Pour Florent Favard, l’utilisation de ce morceau est un véritable deus ex machina permettant de conclure la série au plus vite alors que la grève des scénaristes perturbe l’écriture de sa quatrième et dernière saison17. Cependant, l’étude de la chanson apporte un éclairage nouveau sur le final de Battlestar Galactica et il serait dommage de ne voir en celle-ci qu’un simple ressort narratif. Composé en 1966, ce titre témoigne d’un intérêt soudain de Dylan pour la Bible après son accident de moto en 1966 et la naissance de ses deux premiers enfants18. Les paroles, particulièrement énigmatiques, peuvent être rapprochées des versets 5 à 9 du chapitre 21 du Livre d’Isaïe, qui décrivent la chute de Babylone : une sentinelle voit arriver deux cavaliers apportant la nouvelle que Babylone est tombée et que les idoles ont été détruites. Ces références apparaissent en particulier à la fin du morceau. Dylan affirmait lui-même que cette chanson commençait par la fin19 ; il est donc nécessaire d’en lire les paroles en sens inverse pour comprendre la véritable portée qui leur est donnée dans Battlestar Galactica. On remarque ainsi, en se pliant à l’exercice, qu’une évolution se dessine : en partant des éléments bibliques et prophétiques, on arrive à la phrase emblématique du début « There must be some way out of here », soit « Il doit y avoir un moyen de sortir d’ici. »

  • 20 Citation originale : « You are the harbinger of death, Kara Thrace. You will lead them all to their (...)

19La chanson, relue à la lumière de la série, dégage alors un message simple : il existe toujours un moyen de sortir des routes tracées, de changer sa destinée, d’aller contre les prophéties, de ne pas réaliser les prédictions et de faire un choix conscient et libre. L’œuvre réalise parfaitement cet adage, puisque contre toute attente, Cylons et humains décident d’oublier leurs différences, de trouver ensemble la terre promise et de s’unir. La solution offerte par Battlestar Galactica est alors avant tout celle du changement : un groupe de modèles n°8 affirme ainsi à Athéna qu’elle est la toute première à être allée à l’encontre du plan, la ligne de conduite tracée pour le peuple cylon. De la même façon, un hybride annonce à Kara Thrace qu’elle sera la messagère de la mort et qu’elle mènera l’humanité à sa perte20 : on sait pourtant que Kara, véritable messie, mènera tout le monde jusqu’à la terre promise. Ce sont ainsi ceux qui choisissent de modifier le plan, ceux qui font le choix de refuser leur destinée, qui sont récompensés au fil de l’intrigue ; au contraire, le groupe de Cylons dirigé par le modèle n°1, qui persiste à suivre le plan, reste piégé dans son erreur. Ainsi, tout comme la chanson de Dylan, le synopsis de Battlestar Galactica commence par une prophétie, et s’achève par l’anéantissement de cette même prophétie. Le début cataclysmique, qui semblait annoncer le futur anéantissement d’une des deux religions en cause, s’achève par une union qui va à l’encontre de tous les oracles. Ce faisant, la série de Ronald D. Moore révèle avant tout que les destinées sont toujours susceptibles d’être renversées, et que les prophéties n’ont d’importance que si elles peuvent être librement abandonnées.

  • 21 Saison 4, épisode 20, « Daybreak : Part II & III »

20Battlestar Galactica ne se contente pas de glisser quelques références aux textes apocalyptiques pour développer son imaginaire, et déploie au contraire une révélation nouvelle, modernisant les enjeux cataclysmiques et affirmant la supériorité de la liberté sur les prophéties. La scène finale de la série21 s’avère, dans cette perspective, extrêmement signifiante, puisque l’on y découvre les doubles angéliques de Caprica 6 et de Gaïus Baltar, se promenant dans une mégalopole contemporaine dont les boutiques mettent en avant les toutes premières avancées robotiques. Les paroles de Caprica 6 sont alors particulièrement intéressantes : reprenant le vieux dicton « tout ceci est déjà arrivé et arrivera encore, » commun aux Cylons et à l’humanité, elle choisit de le renier en convoquant la loi des probabilités, susceptible d’amener des surprises, et préfère ainsi une attitude optimiste vis-à-vis de la nouvelle Terre. Pour elle, ange surgi du monothéisme, ce changement même ferait partie du plan de Dieu : mais le Dieu qui apparait ici, renouvelé par les aventures précédentes, semble permettre les sorties de parcours et autoriser la liberté. C’est d’ailleurs ce que rappellent les premières notes d’All Along the Watchtower, chantées par un petit robot, dans une vitrine de magasin, avec la voix de Jimi Hendrix. Au terme de la série, l’homme a enfin gagné le droit d’utiliser son libre arbitre, d’ignorer les présages et de faire mentir oracles et prophéties.

Haut de page

Bibliographie

Bataille Sylvaine, « Les pièges du temps : la réappropriation de l’Antiquité gréco-latine dans Battlestar Galactica », Les Pièges des nouvelles séries télévisées, éd. Sarah Hatchuel et Monica Michlin, GRAAT online vol. 6, 2009, p. 86-106, http://www.graat.fr/backissuepiegesseriestv.htm.

Bassom David, Battlestar Galactica: The Official Companion Season 3, London, Titan Books, 2007.

Berque Jacques (éd.), Le Coran, Paris, Albin Michel, 2002.

Boyer Régis (éd.), L’Edda poétique, Paris, Le Grand livre du mois, 2001.

Cott Jonathan, Dylan On Dylan: The Essentials Interviews, Londres, Hodder & Stoughton, 2006.

Chifflot Th.-G., (éd.), La Bible de Jérusalem, Paris, éditions du Cerf, 2009.

Dupont-Sommer André (éd.), La Bible, écrits intertestamentaires, Paris, Gallimard, 1987.

Favard Florent, « “It’s in the frakkin’ ship!” La réflexivité musicale au service du récit dans Battlestar Galactica » dans Musiques de séries télévisées, éd. Cécile Carayol et Jérôme Rossi, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

Garstad Benjamin (éd.), Apocalypse Pseudo-Methodius: An
Alexandrian World Chronicle
, Cambridge, Harvard University Press, 2012.

Howie Luke, « They Were Created by Man … and They Have a Plan: Subjective and Objective Violence in Battlestar Galactica and the War on Terror », in International Journal of Zizek Studies, volume 5, University of Leeds, 2011, p. 1-23.

Laporte Jean, Les Apocalypses et la formation des vérités chrétiennes, Paris, éditions du Cerf, collection « Initiations aux pères de l’Église », 2005.

Miller Frederic (éd.), Apocalyptic Literature: Apocalyptic Literature. Book of Enoch, Testaments of the Twelve Patriarchs, Assumption of Moses, 2 Baruch, 2 Esdras, Apocalypse of Abraham, Prayer of Joseph, Alphascript Publishing, 2009.

Monmouth Geoffroi, The Vita Merlini, trad. John Jay Parry, Urbana, University of Illinois Press, 1925.

Muir John Kenneth, « SALTed Popcorn : the original Battlestar Galactica in historical context », Battlestar Galactica and philosophy : mission accomplished or mission frakked up?, éd. Josef Steiff et Tristan D. Tamplin, Popular culture and philosophy series, volume 33, Open court publishing, 2008, p. 233-246.

Nikolavitch Alex, Apocalypses ! Une brève histoire de la fin des temps, Lyon, Les Moutons électriques, 2012.

Ryman Geoff, « Adama and (Mitochondrial Eve): A Foundation Myth of White Folks », Investigating Flesh, Spirit and Steel, éd. Roz Kaveney et Jennifer Stoy, Londres, IB Tauris, 2010, p. 37-58.

Rousso Henry, « L’épuration en France : une histoire inachevée », Vingtième siècle, revue d’histoire, volume 33, 1992.

Sounes Howard, Down the Highway : The Life of Bob Dylan, Grove Press, 2001.

Spalding Andréolle Donna, « Echoes of the War on Terror and Post 9-11 Culture in Battlestar Galactica (Syfy Channel, 2003-2009) », TV/Series n°4, 2013, consulté le 19 novembre 2016, http://tvseries.revues.org/744.

Thomas L.V., « Décadence et apocalypse dans la science-fiction », Décadence et apocalypse, Dijon, EUD, Coll. Figures, 1986, p. 119-145.

Haut de page

Notes

1 Alex Nikolavitch, Apocalypses ! Une brève histoire de la fin des temps, Lyon, Les Moutons électriques, collection « Bibliothèque des miroirs », 2012.

2 Sylvaine Bataille, « Les pièges du temps : la réappropriation de l’Antiquité gréco-latine dans Battlestar Galactica », GRAAT online, volume 6, éd. Sarah Hatchuel et Monica Michlin, 2009, (p. 86-106), p. 90, http://www.graat.fr/backissuepiegesseriestv.htm.

3 « Alors une énorme masse embrasée, comme une montagne, fut projetée dans la mer, et le tiers de la mer devint du sang : il périt ainsi le tiers des créatures vivant dans la mer, et le tiers de navires fut détruit. » (8.9) Th.-G. Chifflot (éd.), La Bible de Jérusalem, Paris, éditions du Cerf, 2009, p. 2039.

4 Traduction personnelle. Citation originale : « Look at those clouds, Sharon, look at those clouds and tell me this is not the end of everything. »

5 « Or ces sauterelles, à les voir, font penser à des chevaux équipés pour la guerre ; sur leur tête on dirait des couronnes d’or, et leur face rappelle des faces humaines […] ; et leur thorax, des cuirasses de fer […] » (9.7). Th.-G. Chifflot (éd.), La Bible de Jérusalem, p. 2039.

6 Daniel, 8.1 à 8.27, Th.-G. Chifflot (éd.), La Bible de Jérusalem, p. 1535-1537.

7 Sylvaine Bataille, op. cit., p. 94.

8 Henry Rousso, « L’épuration en France : une histoire inachevée », dans Vingtième siècle, revue d’histoire, volume 33, 1992.

9 Citation originale : « Vichy France, Vietnam, the West Bank and Various Other Occupations », in David Bassom, Battlestar Galactica: The Official Companion Season 3, Londres, Titan Books, 2007, p. 31.

10 Lori Maguire, « Why Are We as a People Worth Saving ? Battlestar Galactica and the Global War on Terror », TV/Series n°1 , 2012, mis en ligne le 15 mai 2012, consulté le 02 avril 2017, http://tvseries.revues.org/1519.

11 Donna Spalding Andréolle, « Echoes of the “War on Terror” and Post 9-11 Culture in Battlestar Galactica (Syfy Channel, 2003-2009) », TV/Series n°4, 2013, 3 avril 2017, http://tvseries.revues.org/744

12 Citation originale : « Among the post-9/11 fears that BSG reanimates is the fear of an enemy that looks like us, an enemy that hides in plain sight. » Luke Howie« They Were Created by Man … and They Have a Plan: Subjective and Objective Violence in Battlestar Galactica and the War on Terror », International Journal of Zizek Studies, volume 5, University de Leeds, 2011.

13 John Kenneth Muir, « SALTed Popcorn : the Original Battlestar Galactica in Historical Context », Battlestar Galactica and Philosophy : Mission Accomplished or Mission Frakked up ?, éd. Josef Steiff et Tristan D. Tamplin, Popular Culture and Philosophy Series, volume 33, Open Court Publishing, 2008. 

14 Bataille, op.cit, p. 101.

15 Traduction personnelle. Citation originale : « To know the face of God is to know
madness ». (Saison 1, épisode 8, « Flesh and Bone ».)

16 Geoff Ryman, « Adama and (Mitochondrial Eve): A Foundation Myth for White Folks », Investigating Flesh, Spirit and Steel, éd. Kaveney & Stoy, Londres, IB Tauris, 2010, p. 53-54.

17 Florent Favard, « “It’s in the frakkin’ ship!” La réflexivité musicale au service du récit dans Battlestar Galactica » dans Musiques de séries télévisées, éd. Cécile Carayol et Jérôme Rossi, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

18 Howard Sounes, Down the Highway : The Life of Bob Dylan, Grove Press, 2001.

19 Citation originale : « The same thing is true of the song "All Along the Watchtower", which opens up in a slightly different way, in a stranger way, for we have the cycle of events working in a rather reverse order. » Jonathan Cott, Dylan on Dylan : The Essentials Interviews, Londres, Hodder & Stoughton, 2006.

20 Citation originale : « You are the harbinger of death, Kara Thrace. You will lead them all to their end. End of line. » (saison 4, épisode 8, « Faith »)

21 Saison 4, épisode 20, « Daybreak : Part II & III »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Lucie Bougon, « L’imaginaire apocalyptique et son réinvestissement dans Battlestar Galactica de Ronald D. Moore: du piège des prophéties à la quête de liberté », TV/Series [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 11 juin 2017, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://tvseries.revues.org/2021 ; DOI : 10.4000/tvseries.2021

Haut de page

Auteur

Marie-Lucie Bougon

Diplômée depuis 2013 d’un master de lettres, arts et pensée contemporaine de l’université Paris Diderot, Marie-Lucie Bougon enseigne actuellement dans le secondaire en attendant de commencer une thèse de littérature comparée sur la réception de la fantasy en France. Elle écrit également de la fiction et a publié plusieurs nouvelles au cours de ces dernières années.

Marie-Lucie Bougon completed her MA at Paris Diderot University in 2013. She is currently teaching French in high school, and is about to start a PhD in comparative literature on the fantasy genre. She also writes fiction and has published a few short stories.

Haut de page
  • Logo GRIC - Groupe de recherche identité culture
  • Logo Université Le Havre
  • Logo Laboratoire du LARCA
  • Logo Université Paris Diderot
  • Les cahiers de Revues.org